Un homme, une femme

Une histoire d’amour ordinaire avec un homme extraordinaire ?

Jean 20 V 11 Myriam (1) de Magdala était retournée au tombeau (était-elle avec les trois femmes mentionnées par Marc ?)

En voyant le désarroi de Jean et de Pierre, elle ne comprenait plus rien. Les disciples partirent et Myriam s’assit sur le bord de la grande pierre tombale qui gisait par terre et elle laissa son cœur déborder de larmes.

myriam-au-tombeauSoudain pleine d’émotion, elle aperçut dans le sépulcre deux anges en robe blanche, dont un lui demanda :

  • Femme, pourquoi pleures-tu ?
  • Parce qu’ils ont enlevé mon Seigneur et que je ne sais pas où « ils » l’ont caché.

En se retournant, elle vit Jésus debout devant elle, mais elle ne le reconnut pas. L’homme lui demanda :

  • Qui cherches-tu ?

Myriam regarda ce corps plein de santé qui n’avait apparemment rien de comparable avec le corps flagellé et transpercé de Jésus. Cette apparence lui étant complètement inconnue, elle va donc l’identifier avec le jardinier de Joseph d’Arimathée dont le maître occupait les hautes fonctions de conseiller de distinction.

Elle va lui demander :

  • Seigneur, si c’est toi qui l’as emporté, dis-moi où tu l’as mis, et moi je le prendrai…

Fallait-il qu’elle l’aime pour vouloir emporter avec elle ce cadavre de trois jours, meurtri, torturé, transpercé par la méchanceté des hommes ! …

À ce moment Jésus devant tant d’amour ne tient plus, il va l’appeler par son nom :

  • Myriam ! …
  • Rabbouni ! (2)

Un seul mot, un seul nom ont suffi pour illuminer en une seconde le visage plein de larmes de Myriam. Son cœur l’a reconnu et elle répondra à l’appel en se jetant littéralement sur le Maître…

Mais Jésus ne veut pas qu’elle le touche pour la consoler il lui explique qu’il doit d’abord monter vers le Père. Pourtant il lui demandera de transmettre aux autres disciples son témoignage.

Pourquoi Jésus a-t-il délibérément choisi Myriam de Magdala pour être la première personne qui le verra après sa mort ?

Cette femme si belle dont les juifs disaient qu’il était sorti 7 démons !

Décidément Jésus est vraiment un océan d’amour et de miséricorde.

 ————-

(1) J’ai trouvé ce texte quelque part sur la toile, ce texte reprend un passage de l’évangile selon Saint Jean, j’y ai simplement rétabli le prénom (hébreu) de Myriam, en remplacement de Marie. Marie étant, de mon point de vue, source de confusion avec deux autres Marie, la sœur de Lazare et la femme adultère. La Myriam évoquée ici a été l’épouse de Paul de Tarse, le futur Saint Paul, avant de le quitter pour devenir aux noces de Cana celle de Jésus.

Ce qui, à mes yeux, explique bien sa présence sur le Golgotha et au tombeau avec les femmes les plus proches de Jésus (Marie sa Mère et Salomé).

(2) Rabbouni est le diminutif affectueux de Rabbi qui en Hébreux signifie « maître ou docteur ». Ce qui encore une fois, à mes yeux, explique bien les liens qui unissaient cet homme et cette femme, dont les 4 évangiles reconnaissent bien qu’elle fût le disciple bien-aimé de Jésus au même titre que jean !

Pourquoi ne pas reconnaître ce lien d’amour, qu’a-t-il donc de si « sale » ou de si « problématique » aux yeux de l’église apostolique et romaine quelle ne veuille le reconnaître ou l’admettre ?

Raymond MAGDELAINE

1 réflexion sur « Un homme, une femme »

  1. Pourquoi ?

    C’est l’un des témoins direct et ayant vécu dans l’intimité de celui qui va devenir Christ après sa résurrection.

    C’est une disciple qui rapporte au plus près SON enseignement.
    Elle devrait être pour notre Église un témoin privilégié, elle devrait avoir au moins une place aussi importante que Marie la mère Jésus.

    Alors pourquoi n’est-ce pas sa place ?
    Je vais vous le dire si vous ne l’avez pas encore bien compris !

    C’EST UNE FEMME !

    Dans notre société la FEMME, n’est pas mieux considéré que du temps de Myriam, elle n’est plus lapidée pour le crime d’adultère, allez-vous me dire, oui, mais elle sera toujours considérée comme une Femme de « Mauvaise vie », et nous les hommes utiliserons des termes orduriers, parce que nous sommes, comme chaque homme le sait, des Saints dans ce domaine, pour la montrer du doigt, la pierre utilisée de nos jours est virtuelle, et nous continuons à la lapider virtuellement !

    Les Cathares avaient osé donner aux femmes dans leur église la même place qu’aux hommes, notre sainte église apostolique et romaine les a exterminés jusqu’au dernier !

    Dans la société moderne comme dans notre église, elle n’a toujours qu’une place subalterne, surement due au fait que l’église la considère comme issue uniquement d’une cote d’Adam !

    Et certains d’entre vous s’étonne encore que l’église ai perdue petit à petit tout sont crédit, elle ne souhaite pas reconnaitre les messages envoyés à Dozulé, à Fatima et ailleurs, regardez y de plus près, observez à qui ils ont été destinés et vous comprendrez peut-être.

    C’est une FEMME qui à dans la grande majorité des cas a reçut les messages !

    Mais de quoi se mêle-t-elle !

    Ne sait-elle pas que la foi n’est que l’attribue de la PUISSANCE DOMINATRICE des MÂLES ?

    Jésus avait donné TOUTE SA PLACE à la FEMME, c’est surement, j’en suis intiment persuadé, pour cette raison que les prêtres du temple de Jérusalem, qui avait perdu le pouvoir de juger et de condamner à cause de l’occupation des Romains, ont exigé de Ponce Pilate son supplice sur la croix !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *