Trois livres

Trois passages, d’une œuvre alchimique permettant à celui (celle) qui s’en délivre de se dévoiler.

Se voiler la face n’est pas un outrage à la loi du vivant, ne pas se dévoiler est un outrage au « Soi », à soi-même, que nous cachons derrière une multitude de voiles impénétrables, nous empêchant avant tout de nous voir tels que nous sommes !

Trois livres qui sont trois passages de l’œuvre de toute une vie des alchimistes, que nous sommes sans le savoir, qui en nous dévoilant (en nous délivrant) vont nous permettre de nous retrouver, ou de trouver au plus profond de notre être la Pierre philosophale, l’esprit « sein » (1) le mystérieux Graal !

  • L’œuvre au noir, fut chez-moi l’occasion de publier mon premier livre, celle de la dissipation des ombres qui viennent occulter et déformer la réalité des lois fondamentales qui régissent tout l’univers, tout le vivant, matière comprise !
  • L’œuvre au blanc, fut celle de mon second livre, celle de mes transmutations successives permettant d’ôter, l’un après l’autre les voiles qui masquaient mon « être » d’origine « divine », dans le sens de « surnaturel ! »
  • L’œuvre au rouge, c’est le troisième livre, encore sur mon métier à tisser l’âme (2), il agit en ce moment même où j’écris ces quelques lignes, et devrait aboutir à terme, en l’enracinement de l’esprit dans la matière !

Vous pouvez vous les procurer ici : Page de l’auteur Éditeur

Je vous les dédicacerais si vous le souhaitez !

Trois livres, qui comme les trois mages, l’un à la peau noire (Balthazar), l’un aux cheveux blancs (Melchior) et l’autre vêtu de rouge (Gaspard), comme par hasard… qui délivrent trois présents ; la Myrrhe qui symbolise la mort permettant une renaissance, l’Encens symbolisant l’origine divine des êtres et l’Or symbolisant la transparence (3) laissant passer la Lumière à l’issue de l’œuvre

Ne LUI demandons pas de nous délivrer du mal, il ne sait pas de quoi nous parlons, par contre demandons-lui de « nous délivrer de nos ombres, de nos voiles », pour nous permettre, un jour, d’accéder à la Pierre philosophale « rouge » signant la fin de notre quête tout en nous faisant découvrir un horizon encore plus vaste que celui dans lequel nous avons erré si longtemps, trop longtemps !

L’œuvre au rouge au cœur de toute révélation !

(1) Au cœur, au centre, de toute matière, de toute forme de vie, même celle qui nous semble inerte, comme ce rubis qui n’est pourtant que vibration dans un espace et un temps que nous ne pouvons percevoir !

(2) Un brouillon de ce troisième opus est disponible sur Amazon, il sortira un jour, le jour où je serais prêt à me délivrer, jour qui coïncidera pile poil au jour où vous serez prêt(e) à vous y ouvrir !

(3) Une transmutation des apparences nous évoque la langue des oiseaux !

Raymond MAGDELAINE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *