Qui suis-je ?

C’est une bonne question, à laquelle je ne suis pas sûr d’avoir la réponse, je m’explique !

Pour répondre avec exactitude à cette question, il faudrait que je me connaisse parfaitement, ce qui n’est pas encore le cas, mais je découvre au quotidien des petits bouts de moi, cachés sous mes masques.

Des masques ? Oui, tout le monde se cache derrière un ou plusieurs masques, pour se protéger du jugement des autres ou de leurs regards. Pour se connaître pleinement il faut les ôter un, par un, pour se découvrir tel qu’on est, tel qu’on né !

Je vais essayer de te décrire qui je suis, du moins ce que j’ai découvert de moi, en ôtant quelques-uns des masques dont je m’étais affublé dans cette incarnation !

Je suis né en 1946, je suis Vierge ascendant cancer, dans la France profonde, à Gondrin dans le Gers, près de Condom, que j’ai quitté autour de 7 ans, pour effectuer ensuite de nombreuses migrations : Les landes, les landes de Gascogne, l’agglomération bordelaise, le Libournais, pour terminer ma migration dans le Vaucluse.

Enfant je voulais être instituteur, adolescent au moment de l’orientation vers une carrière, j’avais choisi d’entrer à l’école des beaux-arts, mes parents en ont décidé autrement et je suis devenus horloger !

Comme tous les chemins mènent à Rome, adulte je suis devenu enseignant d’Atelier dans deux Lycées Professionnels, un en Gironde, l’autre ici dans le Vaucluse. Vois, comme les voies du seigneur sont impénétrables, et son plan inéluctable !

Pendant plus de 32 ans, j’ai accompagné de jeunes garçons et des jeunes filles, vers une formation professionnelle, où je me suis épanoui et où j’espère qu’une grande majorité d’entre eux l’ont fait au fil du temps !

À 50 ans un grave accident sur le gros colon a failli m’envoyer ad patres, ce fut une renaissance et le début d’un parcours initiatique, qui se poursuit encore aujourd’hui !

La vie ne nous a pas particulièrement épargné, même si nous n’avons pas, ma compagne et moi, subit d’épreuves extrêmes comme la perte d’un enfant… elle n’a pas été non plus un long fleuve tranquille !

Une formation d’accompagnement de la fin de vie dans les unités de soins palliatifs, a complètement fait basculer ma vision de ce qu’on appelle le réel.

À partir de ce jour, tout est devenu plus clair, plus limpide, cela ne s’est pas réalisé en un jour, non bien sûr, et cela continue à se révéler encore aujourd’hui. Des pans entiers masquant ma personnalité véritable se sont effondrés et continuent à le faire !

J’ai apprivoisé ce que vous appelez encore « la mort » et que j’appelle « l’âme hors » du corps, ces chroniques vous en diront plus sur ce sujet et continuerons peut-être à vous dévoiler qui je suis vraiment.

« Mais je ne les ai pas construites pour cela, je désire simplement vous suggérer de laisser la voie vous trouver, ce qui vous permettra de vous révéler.

L’important dans les chroniques c’est de vous inciter à faire ici-bas ce que vous êtes venu y faire, et dont les masques successifs de protection vous en ont brouillé la claire vision et la claire audition.

Ce n’est pas toi qui cherches le chemin, mais le chemin qui te cherche, et il te trouvera si tu laisses couler la Vie en toi, sans chercher à la maîtriser ! »

Raymond MAGDELAINE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *