L’échange

Lorsqu’on pose une question à quelqu’un et qu’on lui coupe la parole dès le début de sa réponse. Ce n’est pas poli c’est sûr, mais ce n’est pas le plus important !

Alors qu’il a à peine ébauché sa réponse, lui dire « Vous n’avez pas compris, cela ne fonctionne pas comme ça ! ». C’est bien entendu porter une forme de jugement « prématuré » forcément puisqu’on interrompt abruptement sa réponse, mais ce n’est pas encore le plus important !

Donner ensuite son propre point de vue sur la question posée, annule l’intérêt de toute interrogation, qui est d’essayer de comprendre (1) le point de vue de l’autre.

C’est une forme de formatage, conscient ou inconscient, ou celui qui le fait pense être le légitime détenteur de la vérité (qui n’est en fait que sa vérité !). Ce n’est toujours pas le plus important !

Mais alors qu’est-ce qui est le plus important Raymond ?

  • Le plus important c’est bien sûr laisser se dérouler l’échange et d’y être attentif !
  • Le plus important c’est de laisser l’autre donner son point de vue jusqu’au bout. Même si celui-ci est à quelques points de « détails » identiques au nôtre !

Couper la parole à l’autre n’est pas aussi important que tu le prétends Raymond ?

C’est au contraire, vois-tu, le point le plus IMPORTANT de l’échange, comment pouvons-nous être sûr que celui ou celle qui va exprimer à quelques choses près ce que nous pensons ?

Je ne comprends pas Raymond tu viens de dire que sa réponse aurait été la même à quelques points de détail près !

Je n’ai dit que sa réponse aurait été « presque » identique, mais aurait pu l’être, puisqu’en en l’interrompant, je l’empêche de l’exprimer !

En l’interrompant, tu le comprends bien, je m’empêche de l’entendre, ou ne veux pas l’entendre !

Elle aurait pu sa réponse être proche de mon point de vue à quelques détails près, et ce sont ces détails qui sont les plus importants dans un échange, car ils viennent enrichir nos points de vue mutuels.

Sa réponse aurait sûrement été encore plus enrichissante pour les autres, même dans le cas où elle aurait été en opposition complète avec notre point de vue !

Mais dans le cas soulevé ici, nous ne le saurons jamais, puisque nous lui avons coupé la parole (de quel
droit ?).

Le PLUS IMPORTANT pour pouvoir un jour connaître la VÉRITÉ, ou du moins s’en rapprocher le plus, c’est d’écouter la vérité de chacun !

Ce sont tous les points de vue des uns et des autres qui vont nous en rapprocher et ne pas les écouter jusqu’au bout c’est NOUS PRIVER de nous en RAPPROCHER !

En coupant la parole à quelqu’un, vous ne le privez de rien, mais vous vous privez de son savoir et par conséquent de compléter votre propre compréhension du sujet soulevé par la question.

Maintenant chacun est libre de croire qu’il est l’UNIQUE détenteur de la VÉRITÉ, ce qui n’est pas complètement faux, puisque c’est sa vérité, mais de là à croire que c’est la VÉRITÉ, il a un gouffre que, pour ma part, je ne chercherais pas à franchir, tellement je suis conscient que mon savoir et le nôtre (sauf si tu es Bouddha ou Christ, bien sûr) est voisin du zéro absolu.

Aujourd’hui, chantait Jean GABIN, « Je sais que je ne sais rien ! »

Raymond MAGDELAINE

 

(1) Comprendre c’est prendre (ou pas) pour soi, c’est intégrer en nous, s’approprier (ou pas) du savoir (2) de l’autre et donc de s’enrichir.

(2) Savoir (voir cela, en langue des oiseaux) n’est pas encore « comprendre » (prendre pour soi, en langue des oiseaux) !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *