La foi

La foi, comme l’amour, la compassion, la joie, la paix… sont des principes innés au plus profond de notre être et ceci que nous soyons croyants ou pas !

L’Église catholique apostolique et romaine (malgré ce que les romains ont fait subir à Jésus !), n’est pas la seule détentrice de la foi, elle n’en n’est pas la propriétaire, elle en est seulement la dépositaire, avec pour mission de la diffuser sans la déformer !

Hors, que constatons-nous de nos jours… cette foi de l’église, est à nouveau, comme du temps de Jésus, enfermée, figée par les dogmes établis par les grands Prêtres, les enseignements de Jésus y ont été déformés, triturés, pour mieux exercer un pouvoir sur les consciences.

Du temps de Jésus, les grands Prêtres du temple de Jérusalem, diffusait amplement la prophétie d’Isaïe celle de l’arrivée du Messie, le sauveur de l’humanité, que Jean le Baptiste prêchait sur les bords du Jourdain en menaçant de l’apocalypse ceux qui vivaient dans le péché, comme le faisait le roi Hérode, ce qui lui valut d’ailleurs d’avoir la tête tranchée par lui !

Le pauvre Juda, avait reconnu en ce Jésus de Nazareth le Messie, il était très croyant, il connaissait parfaitement la prophétie d’Isaïe, son intention n’était pas de le livrer pour trente deniers à ses bourreaux, comme le laisse entendre notre église, mais de rencontrer les grands prêtres du Temple et en particulier Caïphe, pour lui dire, pour leur dire, qu’il était intimement persuadé, que son maître « Jésus de Nazareth » était celui qu’ils annonçaient aux croyants dans leur propre temple.

Le traite n’est pas Judas mais Caïphe, qui lui avait formellement promis de ne pas faire de mal à son maître, s’il lui disait ou il pouvait le rencontrer pour pouvoir juger de la sincérité de ce Jésus et pour vérifier qu’il était bien le Messie. Nous savons tous ce qui s’est passé et que Jésus savait aussi parfaitement à l’avance, mais qu’il a tout de même demandé à Juda de faire, en lui répétant par deux fois ceci : « Ce que tu as à faire, fait-le et fait le vite !» et qui est rapporté dans l’une des évangiles canoniques, celle de Jean je crois !

Sainte Gertrude qui avait des entretiens avec Jésus rapporte ceci ; « Je ne te dirais point ce que, ni de Salomon ni de Judas, j’ai fait, pour qu’on n’abuse pas de ma mansuétude ! ».

Que fait notre église à nous, de nos jours, à peu près ce que faisaient les grands prêtres du temple de Jérusalem, ils ont enfermé, figé cet enseignement révolutionnaire du Christ, qui avait à l’époque libéré l’essentiel du message de l’ancien testament pour en faire ressortir la substantifique moelle qui se résume à : « Aimez-vous les uns les autres, comme je vous aime » et qui contient à elle seule les dix commandements rapportés par Moïse du mont Sinaï.

Aimons-nous

Figer la foi au travers des dogmes de notre église, rajouter des enseignements contraires à ceux du Christ, qui voulait nous en défaire, est mortifère non pas pour la foi mais pour l’église censée, simplement la diffuser au plus grand nombre, qu’elle ne se plaigne donc pas de voir ses églises se vider, elle récolte ce qu’elle a semer, c’est mon point de vue !

La foi est toujours vivante, elle ne peut pas être figée, car rien dans la vie n’est figée, elle évolue constamment, elle s’enrichie constamment, elle n’est pas le monopole des hommes elle vit aussi chez la femme et c’est même d’elle d’ailleurs que renaîtrons les principes, fondamentalement simples, mais pas simpliste, d’un enseignement universel, en dehors de toutes couleurs de chapelle et de toute main mise.

La foi fait partie du principe universel de la vie, la vie est libre de toute entrave de toute chaine et ce que nous vivons aujourd’hui, me semble-t-il, en est la manifestation la plus féconde.

Après la destruction du Temple de Jérusalem, nous allons assister, o nous assistons, à la destruction de tous les temples qui enferme la foi dans des principes étriqués qui n’ont pour seuls but que de nous empêcher de déployer nos ailes (c’est une image) pour devenir des papillons, c’est-à-dire des êtres libres de vivre leur propre foi dans le respecte de celle des autres. C’est de la diversité de cette foi que naîtra la nouvelle Humanité que Jésus fils de Joseph et de Marie a semé, à son époque et qui depuis a germé dans le cœur des hommes et est en train de se mettre en place avec l’arrivée sont arrivée, l’ancienne va disparaitre, paix à son âme, et servira aux hommes et aux femmes chargées de la transcender de modèle à ne pas reproduire !

 Raymond MAGDELAINE

Porteur de la lumière je suis

Cela à l’air, à première vue, « prétend cieux » (entends ce que tu veux) de ma part de l’affirmer, à première vue, car lorsque je dis je suis porteur de la lumière, j’entends par là que je le suis tout autant que toi !

Porteur de la flamme
Telle la flamme Olympique qui symbolise ICI le porteur de la Lumière !

Alors, si je suis porteur de la lumière comme toi, pourquoi ne dis-tu pas « Porteur de la lumière nous sommes » ?

Tout simplement pour mettre le doigt sur un point crucial de cette affirmation, c’est que tout le monde n’est pas encore vraiment conscient qu’il est un porteur de la lumière !

Et alors ! est-ce bien grave de ne pas le savoir, qu’est-ce qui différencie à tes yeux celui qui sait de celui qui ne le sait pas encore ?

Tout simplement, encore une fois, car rien n’est compliqué, c’est l’intensité de la lumière que rayonne celui qui la transporte, il est important de le savoir, non pas pour « briller » plus fort que son voisin, mais pour mieux « éclairer » notre voie et rayonner sur ceux qui nous sont proches !

Je ne comprends rien de rien à ton explication, éclaire ma lanterne, s’il te plait ?

  • Celui qui brille, n’éclaire pas, il cherche simplement à se faire remarquer des autres, « vous avez vu comme je suis le plus brillant », il n’éclaire pas il se consume lentement !
  • Celui qui éclaire, ne cherche pas à briller, il porte la lumière et sa lumière peut ainsi servir de guide, de repère à celui ou celle qui a compris qu’il ou qu’elle est aussi porteuse de la lumière, lui ou elle croît.

Tu es venu, je suis venu, nous sommes venus, dans cette incarnation pour être des porteurs de la lumière tout comme Lucifer, là aussi lorsque que je prononce le nom de « Lucifer », n’entends pas le « Diable », mais l’ange porteur de la première lumière à une humanité balbutiante.

Ce sont les hommes qui cherchent à « briller » qui l’ont transformé en « DIABLE » pour mieux nous manipuler en cherchant à installer en nous la peur de notre « enfer me ment » (ne cherche toujours pas, je te donne des clés pour mieux comprendre) !

Être conscient que nous sommes porteurs d’une lumière rédemptrice, c’est commencer à appréhender nos responsabilités vis-à-vis de tout ce qui vit, sans qui nous ne pourrions plus nourrir notre corps et notre âme !

Tiens tu viens d’inventer une nouvelle nourriture, elle ressemble à quoi cette nourriture spirituelle ?

Cette nourriture, qui est de loin la plus importante, nourrit notre âme, elle est immatérielle et se composent essentiellement de toutes nos formes pensées.

Je m’explique ;

  • Si tes pensées sont toxiques, tu t’empoisonnes lentement mais sûrement, tu te suicides sans même t’en rendre compte !

  • Si au contraire tes pensées sont saines, tu favorises la croissance de ton corps et de ton âme.

Reporte-toi à cette très ancienne légende Cherokee, celle des deux Loups, pour bien en comprendre le sens !

Tu es ou tu deviens ce dont tu te nourris, et tu peux comprendre facilement que dans ce cas ta lumière, ne peut être que le reflet de ce que tu es, brillante ou éclairante !

L’obscurantisme qui sévit sur terre sait cela et réagit violemment pour te dissuader d’être ce porteur lumineux qui l’empêche de tourner en rond et de se nourrir de tes peurs, de tes haines, de ton désespoir…

Lorsque tu auras bien compris ceci, ton libre arbitre te fera opter pour l’un ou pour l’autre, mais sois bien conscient que ton choix influera sur tes récoltes !

Porteur de la lumière je suis, ou du moins j’ai pris conscient que je suis un éclaireur, ni plus ni moins !

Raymond MAGDELAINE

Premiers commentaires

Ce sont ici les tout premiers retours de celles qui ont osé dépasser leurs appréhensions sur le sujet suggéré par le titre et le sous-titre des chroniques, je les remercie chaleureusement de m’avoir révélé leurs impressions sur le fond !

commentaires-blog
Pour l’instant ils sont moins nombreux les miens !

Mariana, Mon cher Ray je viens de terminer ton livre ! Non je ne lis pas lentement, mais c’était les vacances et j’avais mes petits chats ! Donc j’ai lu ! Quel humour et second degré, le fond est parfaitement dans mon élan… mon ascension ! Tout ce que j’avais en tête embrouillée ! Tu la dis ! T’es fort Ray !

Sylvie, un livre que j’ai aimé, un livre pour éveiller les consciences qui nous interroge sur notre relation à la mort et finalement qui nous parle essentiellement de la vie et de l’Amour que nous pouvons offrir à tous celles et ceux qui croisent notre chemin pour toute une vie ou pour quelques instants seulement. Un magnifique chant d’espoir dans la nature humaine !

Marie-France, chroniques de l’âme hors : j’en suis à « conversation au coin du feu ». Pas d’ennui de ma part, loin de là ! Des choses que je retrouve concernant les conférences entendues aux Mimosas, des choses que je découvre (l’horizon des évènements, la Genèse pour les nuls), des choses bien balancées (Pays de race blanche), des choses touchantes parce qu’elles sont expérimentées (une nouvelle aventure, le pardon, le doute, les médiums). J’admire les gens qui écrivent et qui osent se dénuder, ce n’est pas donné à tous.

 Oser affronter ses peurs c’est faire preuve de courage, mais cela manifeste aussi une volonté de découvrir la réalité qui se cache derrière les apparences pour pouvoir la vivre en conscience et pleinement.

Je souhaite que vous puissiez tous et toutes le faire, afin de vous libérer de vos entraves devenues inutiles et pouvoir ainsi goûter à la joie de vivre intensément votre incarnation !

Raymond MAGDELAINE

La saga du vénérable chêne

MerlinHep ! Toi qui passes sur le chemin, juste à côté de moi… oui toi ! Arrête-toi !

J’ai soudainement envie de faire une pose au pied de ce chêne !

Ne t’apitoie pas trop sur mon apparence, elle est le résultat d’une très longue vie ici-bas et d’une très longue lignée de chênes.

Approche-toi !

Je vais m’assoir sur cette branche basse !

Assieds-toi à mes pieds, je vais te raconter toutes les choses merveilleuses, que ma lignée a vécues ici tout au long de son existence et nous a transmises, dans cette forêt qu’un de mes lointains aïeuls à vue naître je vais te révéler le plus « grand secret » celle de son origine.

Il faut que je ferme les yeux quelques instants !

Oui ! C’est cela ferme tes yeux et écoute-moi…Mousses

était une fois un gland ordinaire, apporté à proximité d’ici par un écureuil, qui l’avait enterré avec l’intention de revenir le manger plus tard, lorsqu’il revint, il ne trouva plus à la place, qu’une toute petite pousse du chêne majestueux qu’il allait devenir…

Au début, cette jeune pousse s’est sentie un peu seule, avec pour uniques voisins quelques touffes de lichens, de mousses et de petits insectes qui fouillaient le sol.

Son ami l’écureuil est revenu dans le secteur, avec, dans ses bajoues, des glands des noisettes et d’autres graines d’arbres, qu’il enterrait bien consciencieusement tout autour de la jeune pousse.

Hum ! Quelqu’un me parle ? Bizarre, personne dans les environs, hum…

Mon aïeul lui demanda : pourquoi ne viens-tu pas plus souvent pour les manger ?

Ecureuill’écureuil lui répondit, ma voie n’est pas de me constituer un garde-manger, mais de semer la vie là où elle ne prospère pas encore, je ne prélève, strictement que ce dont j’ai besoin.

Et toi ! dit-il qu’elle est ta voie ?

Je ne sais pas bien… tu sais je suis encore jeune, pour l’instant je m’enracine profondément dans le sol, afin de consolider ma position qui est très exposée aux éléments, et je crée un réseau horizontal de racines, pour mes communications futures avec les autres arbres que tu es en train de semer et les autres formes de vie qui vont s’y implanter…

Je suppose que ta collaboration avec celle des insectes qui grouillent à mes pieds pour fabriquer l’humus nécessaire aux autres formes de vie va contribuer à créer un écosystème équilibré où pourra se développer, croître et prospérer toute une faune sur une rocaille très austère.

Nous y contribuons effectivement, du mieux que nous pouvons, répondit son ami, je continuerais à planter une grande majorité de tes glands ainsi que les graines des autres arbres là où tes feuilles et celles des autres auront transformé le sol en bel humus, propice à leur germination.

Tu es en quelque sorte, reprit l’écureuil, le « père fondateur » de cet embryon de forêt. Au fait qu’elle est ton Nom ?

Je m’appelle « Merlin » et toute ma lignée portera le même Nom !

Enchanté Merlin de t’avoir permis de naître ici, au fait, sais-tu pourquoi il est important qu’une forêt pousse en ce lieu désertique à plus de sept cents mètres d’altitudes au pied d’une barre abritant une « Baume ».

Monastère de la Saint-BeaumeLe Mistral m’a dit qu’il fallait préparer ce lieu pour y accueillir une « femme » qui viendra d’au-delà des mers transmettre sur ces terres en friches la sagesse d’un certain Yeshoua… Marie Madeleine, elle s’appellera, m’a murmuré son frère le doux zéphyr !

Oh ! alors, activons-nous, car le temps nous est compté !

Voilà, et depuis tout ce temps, vois-tu, nous sommes une longue lignée de chênes Merlin à veiller sur ce lieu devenu sacré, où de nombreux pèlerins, comme toi, vienne s’y régénérer, nous sommes en quelque sorte les gardiens d’une des nombreuses sources ou tu peux remplir ta coupe de Sa Lumière vivifiante !

Oh ! Je crois que je viens de m’assoupir, je me rappelle vaguement avoir fait un rêve étrange !

Non mon ami, rassure-toi, tu n’as pas rêvé, c’est bien moi Merlin le chêne auprès duquel tu es assis qui viens de te parler dans ta tête, je suis comme tous ceux de mon espèce télépathe et les plus éveillés d’entre vous ont la capacité de nous entendre, comme toi !

Que ton pèlerinage dans ce sanctuaire mon frère humain réponde à ta quête de croissance, je suis enchanté de t’avoir rencontré !

Merci, Merlin, moi aussi, à bientôt… peut-être !

Raymond MAGDELAINE

Un fil conducteur !

Lorsque j’ai demandé à mes guides, par l’intermédiaire de Matthieu Gordien, qui était Marie Madeleine, ce qu’elle venait m’apporter au travers de mes ressentis, de mes intuitions, ils m’ont répondu c’est un « guide ! »

Il est vrai qu’à chaque fois que je ressens une émotion incoercible à l’évocation de son nom, d’une lecture, d’un film ou d’un documentaire qui en parle… à chaque fois se pose une question nouvelle sur son rapport avec celui qu’elle a aimé, rapport dont je ne doute plus !

Une synchronicité en rapport avec la question que je me pose survient et j’obtiens une autre réponse, qui fait surgir à son tour une autre interrogation… pourquoi ?

Je ne saurais pas bien vous l’expliquer, ce que je ressens, à chaque fois que l’on parle d’elle dans les évangiles canoniques, c’est que ce l’on nous rapporte d’elle sonne faux !

jpg_papyrus_copteCe ne sont pas les preuves comme ce fragment de manuscrit en copte, qui confirme mes impressions, mais plutôt l’empressement de l’église à les réfuter ou à nier leur authenticité, qui me font dire que peut être ce document et d’autres, ont mis le doigt où cela fait mal à ses dogmes !

C’est un peu léger me direz-vous, je vous l’accorde volontiers, mais le doute en moi se faisant de plus en plus pressant, je finis par l’écouter, car il a toujours, c’est sa fonction, remis en cause toutes mes certitudes, celles que je me suis forgées, et celles que l’on m’a inculquées.

Le doute, pour moi est devenue la petite voix intérieure, que j’écoute de plus en plus et qui à chaque fois m’apporte de plus en plus de synchronicités, comme celles reçues hier, il est pour moi un fil conducteur, et ce fil conducteur c’est Sainte Marie Madeleine, ne me dites pas à moi qui m’appelle MAGDELAINE que ceci est entièrement dû au hasard, je vous rirais, gentiment, au nez !

fil-conducteurCe matin, après une nuit porteuse de conseils, mon âme ayant effectué comme toutes les nuits une incursion dans son monde, j’attends avec patience qu’elle me délivre quelques clés pour me mettre sur la voie, cette quête à une raison d’être que je ne perçois pas encore clairement, mais qui commence à prendre forme progressivement.

Où me mènera-t-elle, je n’en sais fichtre rien pour l’instant, mais ce dont je suis sûr, c’est qu’elle me mènera quelque part !

Dès que j’aurai une nouvelle certitude (où habitera toujours ce sacré doute), je vous en ferais profiter, bandes de petits et de petites veinardes que vous êtes !

Raymond MAGDELAINE

Qui es-tu ?

Myriam de Magdala ?

Marie Madeleine ?

Ou Marie de Béthanie ?

L’épouse de Paul de Tarse (le futur Saint Paul) ?

Ou Marie la sœur de Lazare ?

Si comme le cite les évangiles canoniques tu es Marie la sœur de Lazare, originaire comme lui de Béthanie, tu devrais porter le nom de Marie de Béthanie et pas celui de Madeleine qui désigne le village de Migdal ou Magdala transformés en Madeleine comme ton prénom Myriam en Marie !

Si tu as été l’épouse de Paul de Tarse que tu as quitté en lui abandonnant votre fils Marcus, il est plus que probable que le simple fait de quitter Paul, te fasse passer pour une femme de mauvaise vie, une femme adultère !

Tu as été dit-on la disciple femme préférée de Jésus, comme il avait un disciple homme préféré, toujours si j’en crois les évangiles canoniques !

imagesIl est même dit dans les évangiles apocryphes que tu devins son épouse aux Noces de Cana, noces rapportées par les évangiles canoniques, seulement pour citer le miracle de la transformation de l’eau en vin ! On-t-elles été « volontairement amputées » de ce qui fut à mes yeux un fait plus marquant que ce tout « petit » miracle comparé aux autres, ton mariage avec lui en la présence de sa mère Marie et de toute sa famille et de la tienne je suppose.

Pendant longtemps j’ai cru que tout ceci était important, avant de me retrouver sur ce lieu sacré, « la Sainte Baume », où tu terminas une vie bien remplie, et aussi assurément pour t’emplir tous les soirs, ou presque, lors du coucher du soleil qui venait te saluer, de la lumière de ce « Soleil » que tu as aimé comme une « épouse » et comme une « disciple », celle de la Lumière du Christ !

20160220_171658Ce que j’ai découvert sur tes pas lors de mon pèlerinage, c’est la « force » que ce Jésus de Nazareth, devenu Christ, t’avais insufflée à toi comme à tous ses autres disciples, c’est cette « force » qui plus de deux mille ans plus tard imprègnent tous les lieux, tous les sentiers, toute la forêt, tous les objets, toutes les reliques, tous les êtres que tu as croisés et tous ceux qui comme moi ce jour-là sont venue te remercier de nous avoir passé un si puissant flambeau !

C’est cela le plus important, je viens de le comprendre, tout le reste n’est qu’anecdotique et ne changera pas le message d’Amour de la Lumière du Monde, un Monde qui a bien besoin de cette Lumière et de cet Amour !

Merci à toi, Marie Madeleine, puisque c’est sous ce nom que tu nous transmets la flamme, que personnellement je suis fier de transporter pour la transmettre aux générations futures.

Que la « passion » que tu as vécu jusqu’au bout de son calvaire avec Marie et les autres disciples présents au pied de la croix, soit la force qui nous aide à être de dignes porteurs de la Lumière.

Je te remercie infiniment « Sainte Marie Madeleine » de m’avoir ôté les écailles qui recouvraient mes yeux !

Raymond MAGDELAINE

Dis Dieu !

Sais-tu Père, ce que tes enfants éprouvent comme souffrances, comme difficultés, comme désespoirs, comme famines, comme brutalités, comme dominations, comme manques… dans leur incarnation sur cette terre, le sais-tu Père ?

Dis Dieu
C’est ma prière !

Oui, Père, je sais que tes plans mêmes les plus simples, même les plus évidents pour toi, dépassent mon entendement, je le sais, ce que je te demande Père, c’est de nous expliquer, plus souvent, en mots simples et accessibles à notre compréhension, tes objectifs, je vais te donner un exemple qui, je sais, n’a pas échappé à ta sagacité, mais qui me touche profondément !

Sais-tu que la perte d’un enfant fait des ravages dans le corps et l’âme des parents, le sais-tu Père, sais-tu que cela est la première raison qui font que tes enfants, dans la douleur de la perte, te rejettent, te renient et que cette réaction les fait plonger encore plus bas dans le gouffre de leurs souffrances, de leurs incompréhensions, le sais-tu Père ?

Sais-tu qu’ils peuvent lorsque leur souffrance leur devient intolérable mettre fin à leurs jours ?

Je te dis cela sans haine, sans rancune, pour l’avoir sûrement vécu dans des vies antérieures, car dans cette vie tu m’en as épargné les souffrances et je t’en suis infiniment reconnaissant, mais tu sais très bien, Père, comme tu nous le répètes si souvent, que l’autre c’est aussi nous et que sa souffrance est aussi la nôtre et quelque part la tienne, non ?

Ici-bas, un enfant est sacré, c’est une grâce et un bonheur infini que de nous confier une âme incarnée dans un être de chair, c’est une responsabilité que nous essayons d’assumer du mieux que nous pouvons pour le bien-être de cette parcelle de toi !

L’arrachement est la douleur la plus forte et la plus cruelle que nous puissions subir ici-bas, tu ne peux pas nous demander de prendre conscience sur le moment que cette épreuve est à terme une bénédiction divine, la chair, dont nous sommes tous faits ne peut l’assimiler immédiatement, tu le sais, il nous faut du temps, parfois beaucoup de temps !

Je sais, Père que le plan qui nous concerne, tend vers la perfection, que nous sommes ceux qui sont les mieux placés pour t’en parler, ce que je fais aujourd’hui, pour te permettre dans un avenir pas trop lointain, s’il te plait, d’en modifier sensiblement les impacts sur la matière, oui Père, je sais malgré tes grands pouvoirs que l’univers parfait est encore en chantier.

Je sais aussi pour l’avoir vécu, que ce n’est pas toi qui t’es coupé de nous, mais nous qui nous sommes coupés consciemment ou inconsciemment de toi, d’où notre surdité et notre aveuglement, à ne pas entendre ou voir tous les signes que tu ne cesses de nous envoyer pour nous éviter de sombrer dans la morosité et le désespoir.

Ici-bas, avec nos enfants, nous parents, nous sommes parfois obligés d’élever la voix pour nous faire entendre d’eux, non pas pour les forcer à faire ce que nous voulons, non, simplement pour essayer de leur faire trouver la voie de la raison, celle de leur incarnation.

Il serait peut être temps Père que tu hausses considérablement le ton, car tes enfants sont devenus sourds et aveugles et risque de mettre en péril ou plutôt de retarder tes plans, qui ne cessent, malgré leurs imperfections, de m’émerveiller !

Oui Père j’entends bien ! Ceci fait partie des nombreuses priorités que tu as mises en chantier, mais je tenais tout de même à te le dire !

Merci d’avoir pris le temps de m’écouter !

Raymond MAGDELAINE

Prosélyte, vous avez dit prosélyte ?

Le texte ci-dessous, à l’époque de la tuerie de Newtown fut qualifié de prosélyte, ce qui m’avais profondément blessé, je le ressors aujourd’hui pour témoigner de l’œuvre qu’il a accomplie sur moi et pour remercier celle qui a permis, sans qu’elle en soit vraiment consciente, à la transformation de s’accomplir !

prosel2014-400
Vous avez dit Prosélyte ?

Après avoir tué sa mère, vingt petites âmes, six adultes et s’être donné la mort.

J’imagine cette pauvre âme arrivant dans la « lumière », tomber à genoux et en larmes lorsqu’il réalise, d’un seul coup, toute l’horreur de ce qu’il vient de commettre, toutes les souffrances qu’il vient de laisser derrière lui, toute l’incompréhension des parents des amis de ces victimes innocentes, tout le mal, toute l’abomination de ses actes…

Alors que dans cette même lumière, s’avancent silencieusement vers lui, sans qu’il les perçoive encore, toutes ses « victimes ».

Je vois sa mère s’agenouiller auprès de lui, le prendre dans ses bras, le serrer fortement sur son cœur, tout en lui caressant ses cheveux, pour le consoler, le bercer, comme le font toutes les mamans du monde.

Je vois aussi ces vingt petites âmes et ces six adultes, enlevés trop tôt à l’affection des leurs, le cœur rempli « d’Amour inconditionnel et de Pardon », qui n’existe que dans cette lumière divine, s’agenouiller en cercle autour de leur « bourreau », pour dans une même prière implorer « Notre Père » de lui accorder son pardon.

La sanction la plus terrible qu’est capable d’infliger « Notre Père » c’est de nous accorder son pardon, et tout son amour.

Rencontre_29Le « Jugement dernier » c’est le bourreau « seul », qui le porte sur lui-même en réalisant toute l’horreur de ses actes et en recevant le pardon de ses « victimes ».

Je suis intiment persuadé que lors de sa prochaine incarnation c’est « être nouveau » répandra le bien tout autour de lui pour soulager son âme endolorie par le constat consternant de sa vie antérieure.

Que toutes les épreuves que nous subissons ici-bas nous servent de leçon pour élever nos âmes vers ce qu’est la « substantifique moelle de la  Vie » ici ou ailleurs.

 Vous avez dit prosélyte ?

Cela fera presque deux ans où ce mot prononcé de vive voix a résonné en moi comme une injustice, une diffamation, comme un procès d’intention…

Oui cela m’a fait mal sur le coup, et cela aurait, à mon avis, mérité d’être explicité par celle qui l’a utilisé, au moins pour clarifier le sens de ce mot et peut-être lever le doute qui s’était insinué en moi !

J’ai attendu… patiemment… longuement… hélas ! trois fois hélas ! rien n’est venu… et le doute, qui habitait ma certitude, a réalisé, petit à petit, au jour le jour, ma transformation, il a opéré en moi une révélation, au sens littéral et biblique du terme.

Cette révélation m’a appris qui j’étais vraiment, un être humain, qui a souffert comme les autres êtres humains, et qui grâce à ses souffrances a pu retrouver la voie de la Foi, la foi en moi même… en tout premier lieu, puis la foi envers l’autre… le plus démuni… le plus faible… le plus souffrant… envers celui ou celle qui doute de sa propre foi… et puis, cerise sur le gâteau, alors que j’étais à mille lieues de m’en douter, la foi en LUI m’est apparue évidente… lui le grand architecte, celui qui ne se manifeste qu’au travers de nos actions les plus nobles, celui que j’ose à nouveau appeler Dieu aux plus grands cris d’orfraie des laïques dogmatiques !

La nouvelle forme du prosélytisme, à mon avis, n’est plus de l’imposer par la force à celui ou celle qui a ou non sa propre croyance, mais c’est de vivre sa foi intensément… en plein jour… aux yeux de tous… pour qu’elle puisse se propager comme le font les graines du pissenlit, au moindre souffle du vent… et que ses graines se déposent naturellement, sans intrusion, dans le cœur de l’autre… qui lorsqu’il sera prêt l’autorisera, ou pas, à germer.

Si c’est cela être prosélyte, alors, OUI, je suis prosélyte !

Raymond MAGDELAINE

Qui est Dieu ?

Dieu est, pour moi, un principe qui au fil du temps a changé de forme, enfin je veux dire que ma représentation de ce principe a changé radicalement au fil du temps !

Ce qu’il était pour moi, n’est plus ce qu’il est maintenant, « Dieu » à murit, je veux dire que la représentation que je m’en faisais à murit, elle est passée d’une image enfantine, à un rejet pur et simple, ce qui est une évolution assez commune à toute l’humanité quel qu’en soit le Nom qu’elle lui donne, pour devenir quelque chose d’immatériel, de fluide, de difficilement descriptible, mais qui m’anime, qui habite tous mes gestes, toutes mes paroles, tous mes écrits, toutes mes pensées, toutes mes intentions…

Il est AMOUR, un point c’est tout, et c’est ÉNORME !

Il m’a fallu une séparation, pour comprendre, comme dans toutes les séparations, qu’il manquait quelque chose d’essentiel en moi, quelque chose qui m’appartenait, je veux dire qui faisait partie de moi et dont je m’étais amputé virtuellement !

«Un souffle divin nécessaire à ma respiration, une présence rassurante nécessaire à ma croissance, une voix remplie d’amour nécessaire à ma voie ici-bas, un confident discret nécessaire pour me libérer de mes doutes, un AMOUR sans faille nécessaire pour me permettre de puiser en lui la force de continuer mon chemin sans faillir, une béquille pour m’aider à avancer, une lumière dans ma nuit de l’âme la plus sombre pour m’indiquer la direction ! »

Mensch und Abwehrkräfte
Le souffle divin (le Qi des chinois)

Il est partout, tout autour de moi, autant dans les autres qu’en moi, dans toute la création, dans tout ce qui vit, dans tout ce qui croît, et même dans tous ceux qui ne croient pas !

Son « Nom » m’importe peu, c’est son principe que je cultive en moi et que j’essaye de transmettre aux autres, certains pensent que je fais du prosélytisme, si semer ce principe divin est faire du prosélytisme, alors oui, je suis prosélyte et j’en suis fier, ce prosélytisme-là est la base fondamentale de la nouvelle humanité, celle qui va rompre avec ce que l’ancienne a semé et continue de semer !

Alléluia !

Dans toute vie, une rupture est nécessaire, pour sortir des paradigmes has been, qui ne font que semer, la souffrance, la famine, la dépendance, la haine, la mort, l’indifférence… pour s’ouvrir enfin sur les nouveaux paradigmes que la nouvelle humanité commence à mettre en œuvre, cette nouvelle humanité agit consciemment ou inconsciemment, peu importe, mais directement influencée par cette nouvelle vision d’un principe divin universel au service de tous, contrairement à l’ancienne forme de l’humanité finissante !

Re alléluia !

Mes bien chers Frères, mes bien chères sœurs, de la terre, prenez conscience que ce principe est en vous, que vous vous y croyiez ou pas, que vous pensiez vous en être séparé ou pas, c’est un principe commun à tout ce qui vit et croît ici-bas. Chercher à s’en débarrasser équivaudrait à s’amputer d’un poumon ou des deux, ce qui serait « irrespirable ! »

Il faut parfois s’étouffer pour se rendre compte que sa fonction est capitale !

Raymond MAGDELAINE

Alzheimer

« Il ou elle ne me reconnaît plus ! Il ou elle ne s’intéresse à rien ! Il ou elle ne communique plus… »

Et bien d’autres affirmations du même acabit, ponctuent, très souvent les ressentis des parents ou des visiteurs de ceux ou de celles qui ont « la maladie d’Alzheimer ».

Dans les maisons de retraites, en général, mais il y a des exceptions, on les « parque » dans des lieux appelés pudiquement « section Alzheimer », où ils végètent loin du « regard » des autres, ou plutôt de « la peur » qu’ils nous inspirent, en leur corps défendant, par simple projection !

Alzheimer-les-patients-s-expriment-sur-leur-maladie
Ne te fie pas aux aux apparences, fie-toi en ton cœur !

Je voudrais ici évoquer quelques exemples pour essayer d’ouvrir les consciences de ceux qui ont des parents avec cette pathologie, qui d’après l’un de mes amis « administrateur », de la Maison Saint Vincent, fait peur !

Maman avait cette pathologie, j’avais ce sentiment qu’elle ne me reconnaissait plus.
Un jour avec celle qui m’accompagne et ma fille nous nous sommes rendu dans cette unité close où était parquée Maman, ma fille est tombée dans les bras de sa grand-mère qui lui faisait plein de bisous, elle est « bisouillarde », disait-on chez-nous, lorsque je me suis approché d’elle pour l’embrasser, elle m’a regardé comme si j’étais un étranger, c’est du moins l’impression que j’avais, ma fille qui avait remarqué ma peine du moment me dit « Papa enlève tes lunettes », ce que je fais les yeux emplis de larmes irrépressibles, et là j’entends Maman dire « Oh ! Mon grand ! »

Mis à part ceci, ils ne reconnaissent personne ?

Un autre jour, à la maison Saint Vincent, nous assistions à une petite fête qui réunissait les familles et les parents, une dame étiquetée Alzheimer, à la même table que nous, réunissait, en apparence, tous les traits de caractère de cette maladie, c’est ce que je croyais aussi, jusqu’au moment où assise à ma gauche, mon petit-fils de trois ans assis sur mes genoux, je l’entends dire d’une manière très intelligible, “Mon Dieu qu’elle est belle cette petite fille !”, surpris par sa lucidité, je me tourne vers elle et je lui réponds “Ce n’est pas une petite fille, mais un petit garçon” elle rétorque “Mon Dieu qu’il est beau !

Mis à part ceci, ils ne communiquent plus intelligiblement avec quiconque ?

Un de mes amis qui a été, non sans douleur, obligé de mettre sa maman dans une maison de retraite passe très régulièrement, avec d’autres personnes de sa famille, la visiter, me disait “Elle ne me regarde pas, ne répond pas à mes questions, elle semble être hors du temps et de l’espace, tout en étant pendant cette période très calme et très détendue… jusqu’à ce que je l’embrasse et lui dise, Maman je reviendrais te voir tel jours avec ta petite fille.” Elle entre alors systématiquement dans un état de crise aiguë, qui d’après les aides-soignantes serait son état normal.
Elle est donc cataloguée par l’institution comme étant “agressive” ce qui lui vaut, comme aux autres, d’être “enfermée” dans cet espace réservé à Alzheimer !

Mis à part ceci, ils ne se rendent pas compte de la présence de ceux qui les aiment ?

Je n’avais que ce petit panel d’exemples à vous soumettre, qui m’interrogent dans le cadre de mon accompagnement bénévole dans les maisons de retraite, jusqu’à ce que je tombe, comme par hasard, sur une vidéo (voir le lien ci-dessous) qui présente une initiative, mise en œuvre, dans un espace réservé aux cas évoqués ici, où un thérapeute, bénévole, présente une thérapie surprenante, basée sur la musique, une sorte de musicothérapie, qui produit sur les “malades” des réactions étonnantes !
Qui me font penser que la solution de l’enferment ne leur profite pas, mais est un moyen qui profite peut-être à la quiétude de l’institution, ceci n’est pas un jugement sur les institutions qui le pratique, mais un appel à leur “ouverture de conscience !”

Nul n’est à l’abri de cette pathologie…

Personne ne souhaite être enfermé comme un “pestiféré dans un espace psychologiquement clos” , où si vous observez bien sur cette vidéo, leurs regards, leur corps, leurs attitudes… en disent beaucoup plus qu’un long discours sur leur détresse.

Ne te projette pas dans tes peurs, porte simplement un autre regard sur les autres !

Tout le monde a le droit de vivre cette dernière transition, dans des conditions humaines les plus ouvertes sur les autres et lieux où ils résident, toutes les institutions devraient avoir comme “devoir” principal de trouver un espace “ouvert” pour ceux qui semblent se couper de nous et que nous isolons encore plus, par ignorance, notre “jugement erroné”, nos “comportements” ne sont que la projection de nos peurs, peur de la mort, notre peur de souffrir, notre peur de ne pas oser dépasser nos peurs !

Raymond MAGDELAINE