Complétude

Homme, femme. Mâle, femelle. Spermatozoïde, ovule. Étamine, pistil. Yin, yang. Masculin féminin. Positif, négatif. Bien, mal. Ombre, lumière. Ciel, terre. Matière, vide. Soleil, planète, Feu, eau. Métal, bois, Amour, haine. Corps, esprit, Dieu, Satan, Jésus, Juda, Toi, moi…

Tout ceci et bien plus encore sont complément d’objet direct et indirect !

C’est parce qu’il est aimant que le Prince charmant est attirant !

Rien n’existe ou ne pourrait exister sans son opposé, sans son complément, la matière est le complément de l’antimatière, le plein complète le vide et vice versa…

Ôte un seul de ces éléments, n’importe lequel, ils sont tous essentiels… et tout l’univers s’effondre sur lui-même !

Étonnant ! Non ?

Comment ! rien ne t’étonne plus !

Tu viens de mettre le doigt sur la clé qui pourrait résoudre ton mal-être, mais bon il suffit que je te montre la clé qui pourrait te guérir, pour que par « ignorance crasse » tu te refuses à l’utiliser, rien que pour me faire « scier ».
Sais-tu qu’en t’obstinant à ne pas vouloir l’utiliser c’est la branche sur laquelle s’articule ta vie que tu scies, et quelque part, oui, cela me fait, non pas scier, mais de la peine, car je t’aime mon frère, ma sœur.

J’écoutais récemment Igor Bogdanov (1), dire au sujet du nombre « Pi », qui représente l’une des plus de douze (2) constantes fondamentales sur lesquelles l’univers tout entier se développe harmonieusement que si l’on modifie le 9 de la milliardième décimale après la virgule, en 8, tout s’effondre et rien de ce que l’on connaît ne pourrait plus exister !

Si tu arrêtes, si j’arrête, si nous arrêtons tous d’agir en même temps l’effet sur une partie de l’univers, dans ce cas, sur l’hominidé et tout ce qui de près ou de loin interagit dans le même sens que lui ou pas, va s’effondrer, lorsque le point critique de l’équilibre de l’évolution des espèces sur planète sera atteint !

Les scientifiques nous alertent depuis un certain temps déjà, en parlant de la sixième phase d’extinction des espèces de notre planète. » Jean » l’annonce dans l’apocalypse selon lui !

Homme de peu de foi, tu as pourtant des yeux et des oreilles, mais tu ne vois, ni n’entends, disait déjà, il y a plus de quatre mille ans le prophète Isaïe !

(1) Écoute ce que disent les frères Bogdanov dans cette interview éloquente, de mon point de vue !

(2) Pour l’instant, ces constantes, qui éblouissent les plus grands scientifiques sont inférieures à quinze !

Raymond MAGDELAINE

La trahison

Ce que nous prenons pour une trahison de l’autre, parce qu’il nous quitte, ne nous parle plus, ne nous aime plus (croit-on), disparait sans crier gare de notre vue… et tant d’autres choses, pouvant donner l’illusion d’une haute trahison à notre égard !

Ce « jugement péremptoire » n’est en fait que le mouvement incessant des vagues et des courants dont est animée en permanence la « vie » ici-bas et surement au-delà. Telles deux branches d’arbres qui flottent sur les eaux tumultueuses d’un torrent, d’un fleuve, d’une rivière… qui un jour se rencontrent, voguent un temps ensemble puis se séparent, l’une entrainée par son propre courant (son chemin de vie) va continuer à suivre sa voie, alors que l’autre branche va poursuivre la sienne, sur son chemin qui fût un temps parallèle l’autre !

Michel(le), penses-tu vraiment que ce soit une trahison ?
Oui, tu le penses !

Je vais te dire Marcel(le), si tu le penses c’est que tu observes la vie par le petit trou de la serrure de tes souffrances !

Tu te fais une idée erronée de la vie !

En vérité je te le dis ; « je n’ai jamais cessé de t’AIMER ! »

Tu affiches très souvent sur ta page des citations d’hommes ou de femmes célèbres, qui te disent que nous faisons partie d’un tout, que des liens invisibles nous unissent tous les uns aux autres et que sais-je encore… citations qui sous-tendent toutes, l’idée que si nous sommes poussière, nous jouons tous un rôle fondamental dans ce « grand tout » qu’est la vie !

Ce que tu prends pour une trahison envers ton petit égo souffrant de ses peurs et de ses limitations, n’est en fait qu’un mouvement naturel et ordonné (1) de la vie pour réaliser le plan du grand architecte de l’Univers !

Nous ne sommes que des pions, sur le grand échiquier, que la vie (le grand architecte) déplace… pas pour te faire « scier », mais pour réaliser l’œuvre de la vie, dont tu es l’un(e) des nombreuses artisan(e)s !

Arrête de psalmodier sans cesse que personne ne t’aime ou que tout le monde te trahit, parce que tu ne te sens plus le centre de l’univers !

Sache, bon sang de bonsoir, que tu n’es pas, que nous ne sommes pas le centre de l’univers, autrement dit que tu n’es pas Dieu, le comprends-tu « Nom de Dieu ! » (2)

(1) Le désordre n’est qu’apparent, il suffit de prendre du recul, pour réaliser qu’il n’est en fait qu’harmonie !

(2) Ne t’inquiète pas pour moi, Dieu n’est pas aussi susceptible que toi, ou que moi !

Raymond MAGDELAINE

La coupe

Tous les êtres humains cherchent à étancher une soif inextinguible de savoir, du genre ; qui sont-ils, d’où viennent-ils, où vont-ils… et d’autres du même acabit !

Leur quête consiste à remplir leur coupe quand elle est vide, la coupe ici est l’équivalent du verre d’eau qui leur permet d’étancher la soif de leur corps, la coupe elle leur permet aussi d’étancher la soif de savoir de leur âme, pour répondre à ses questions fondamentales.

Il est venu essayer d’étancher notre soif, l’as-t compris ?

Autant d’êtres humains, autant de chemin, autant de voie, autant de questionnements différents par les mots employés, mais identiques sur le fond de la recherche ; qui suis-je ?

On entend souvent l’expression, ma coupe est vide ou ma coupe est pleine !

  • Quand elle est vide je ne me sens pas bien, il me manque quelque chose d’essentiel, de vital !
  • Quand elle est pleine, je ne me sens pas mieux, il me manque toujours quelque chose d’essentiel et de vital !

Si on peut comprendre facilement qu’une coupe vide puisse être à l’origine d’un manque qui provoque chez nous un malaise, il est moins évident d’appréhender cet état de malaise subsistant quand notre coupe est pleine !

Pourtant, ce malaise signe notre inaptitude au partage. Je m’explique, bien sûr, lorsque ma coupe est pleine je vais y étancher ma soif, et comme la vie est généreuse, après l’avoir étanché nous constatons tous que la coupe n’est jamais vide, le malaise tient uniquement à ce fait !

Que devons-nous faire de ce qu’il reste dans notre coupe ?

La réaction la plus classique consiste à croire que le reste est pour nous, afin d’étancher notre prochaine soif !

Eh bien ! Pas du tout, notre malaise est dû au fait que ce qui reste dans la coupe n’est pas fait pour ce que l’on croit, mais est fait pour être offert à ceux qui autour de nous, nos proches, nos amis, ceux que l’on croise par hasard (croit-on), afin qu’il puisse à leur tour étancher leur soif.

Il n’y a que l’être humain qui a ce réflexe pathologique de conserver jalousement son trop-plein, le cerisier ou la planche de gariguette qui sont dans ton jardin, te permettent toutes deux d’étancher ta soif de fruits rouges et offre ce reste et qui est la part la plus importante à tous ceux qui ont soif.

Notre malaise face à notre coupe encore pleine, est uniquement due au fait que nous humain, ne partageons pas notre trop-plein, et ce trop-plein engendre la même conséquence que la manque.

Réfléchis bien toi qui viens d’être quitté par celui ou celle qui a pourtant vécu à tes côtés pendant une longue période, pourquoi part-il ou pourquoi part-elle ?

As-tu, chaque fois que ta coupe était pleine partagé avec lui ou avec elle l’excédent de son contenu ?

Être en couple, ou pas d’ailleurs, n’exclus pas le partage, offrir ce qui reste dans ta coupe aux autres ne te priveras de rien puisque que l’univers pourvois à tes besoins et remplit toujours ta coupe pour continuer à étancher ta soif et celle des autres !

Ta coupe est encore pleine, verse-là dans la coupe vide de ceux qui ont soif !

Ta coupe est vide, tends-là vers ceux qui ont étanché leur soif, tu trouveras toujours sur ton chemin, celui ou celle qui a du cœur, dit autrement ; tu rencontreras toujours quelqu’un qui a compris qu’une coupe pleine n’est pas faite pour un usage exclusif… oui tu le ou la rencontreras, car ils/elles sont de plus en plus nombreuses sur Gaïa.

Ceci est un message subliminal à tous ceux qui ont le cul cousu d’or… enfin s’ils sont encore en capacité de le percevoir ! Mais je ne désespère pas, un jour prochain, de me faire entendre par eux !

Raymond MAGDELAINE

Dialogue avec Papa

Quelques dialogues intenses extraits du film

Le chemin du pardon – La cabane

Mac (au plus profond du gouffre de sa grande tristesse)
Papa (Dieu se manifestant sous deux aspects [f] féminin et [m] masculin)

Rencontre avec Papa

Mac : « Pourquoi m’as-tu ramené ici ? »
Papa (f) : « C’est ici que ton cœur c’est échoué ! »

Là où ton cœur c’est échoué !

Papa (f) :
« Je sais qu’un grand gouffre c’est ouvert entre nous ! »
« Quand ta douleur est tout ce que tu vois, c’est moi que tu perds de vue ! »

Mac : « Pourquoi as-tu abandonné ton fils (sur la croix) ? »
Papa (f) : « Tu as mal compris le mystère. »
Elle lui montre les stigmates de la crucifixion sur ses propres bras.
« L’amour laisse toujours des marques »
« Cette épreuve, nous l’avons vécu ensemble ! »

Papa (f) et Mac observent un oiseau perché sur la branche d’un arbre.
Papa : « Regarde comme il est magnifique… lui je l’ai créé pour voler .»

« Toi je t’ai créé pour aimer et être aimé .»

« Nous allons t’apprendre à voler ! »

Papa (f) et Mac prennent leur petit déjeuner ensemble, Mac vient de sortir d’un affreux cauchemar.
Papa : « Les rêves sont importants, ils ouvrent une fenêtre qui renouvelle l’air vicié ! »
Mac réagit durement en exprimant sa grande colère contre ce Père tout puissant qui a laissé commettre cet acte odieux contre sa petite fille (Missy) !
Papa :  « Mac, tu vois la vie par le petit trou de la serrure de ta peine ! »

A suivre…

 

Ceci n’est qu’un avant-goût, pour vous inviter à voir ce film, qui de mon point de vue contient de nombreuses clés universelles, elles n’ouvrent pas toutes les portes, mais elles en ouvrent un grand nombre, commune à l’humanité !

Raymond MAGDELAINE

Le masculin et le féminin

Je ne te parle pas uniquement du couple « un homme, une femme » !

Non, je te parle bien du « masculin sacré » et du « féminin sacré » que nous avons tous en nous, que nous soyons hommes ou femmes !

Tu comprends, j’espère, pourquoi l’amour n’est pas que l’attraction d’un homme et d’une femme, il peut attirer aussi deux hommes ou deux femmes !

J’ai écrit « j’espère », car pour comprendre ce qui va suivre il faut que tu te sois débarrassé de tous tes préjugés sur ce masculin et ce féminin.

Les êtres humains, mais pas qu’eux sont composés de ces deux parties indissociables, l’une de l’autre, qu’ailleurs on nomme le « yin » et le « yang » le yin étant, entre autres l’équivalent du féminin, et le yang l’équivalent entre autres du masculin.

Tu vois qu’ici, je suis assez éloigné de la vision restreinte et à terre à terre d’un « homme… une femme… chabadabada… »

  • Le masculin c’est aussi, entre autres l’analytique, l’utilisation plus fréquente chez nous les hommes (les vrais, les durs, les tatoués…) du lobe gauche de notre cerveau !
  • Le féminin c’est aussi, entre autres l’intuitif, l’utilisation plus fréquente (chez nos compagnes) du lobe droit de notre cerveau !

Tu commences à comprendre pourquoi nous ne sommes pas toujours sur la même longueur d’onde, et pourquoi aussi dans un couple il peut y avoir autant de mal entendu ?

Le comprends-tu ma sœur ?

Ce que je cherche vraiment à te faire comprendre, c’est que cette caractéristique commune à l’homme et à la femme est en train de se diluer, de s’estomper… transformation des espèces sur Gaïa oblige !

L’homme développe de plus en plus son féminin sacré… pour ne pas que tu t’emballes trop vite, entends par là, son côté intuitif, son lobe droit. Et la femme en fait de même avec son masculin sacré, entends toujours pour les mêmes raisons, son côté analytique, son lobe gauche !

L’évolution sur Gaïa, nous propose, entre autres choses une transformation progressive, de toutes les espèces qu’elle abrite, qui se concrétise par une fusion, une dilution, de ces deux caractéristiques, ressentie par l’espèce humaine, qui aura à terme des conséquences, sur la manière dont l’espèce va se perpétuer, nous allons vers une forme, pas encore bien compréhensible pour le commun des mortels, que je suis aussi, androgyne !

Penser autrement c’est, ne pas avoir encore bien compris que nous ne sommes pas dans une phase aboutie de notre évolution, mais bien dans une phase de croissance, qui pour l’instant n’est pas encore bien admise ou comprise par l’homme et la femme, quoique la femme, plus intuitive que nous, pour l’instant… commence à la percevoir mieux que nous, mais à l’heure actuelle, ceci n’est plus une évidence !

Être ou ne pas être est toujours d’actualité cher Monsieur Shakespeare !

Accepter notre transformation nous devons !

Raymond MAGDELAINE

 

Redevenir électron libre

Nous sommes tous des « électrons libres », je suis, vous êtes, nous sommes libres, libres de nos choix, libres de nos actes, libres d’être ou de ne pas être !

En électricité, il est énoncé que les électrons libres n’appartiennent à aucun atome, ils sont attirés ou repoussés par la polarité des « ions »1 qui sont à proximité d’eux, aucun atome n’emprisonne aucun électron.

Un atome va échanger, l’un de ses électrons de charge négative en passant à proximité d’un ion positif. Les électrons ne cessant de se mouvoir créent un champ magnétique autour de la forme dans laquelle ils se meuvent. Nous savons depuis peu que ce champ est informationnel, autrement dit il contient des informations qui vont exciter (inciter ou pas) les électrons qui passent à proximité.

Pour quoi Raymond tu nous parles d’atome et d’électron, quel rapport il y entre nous et eux, tu délires encore ?

Oui, si tu veux, je délire… moi, je pense, plutôt que je te délivre une information qui peut te permettre de comprendre, pourquoi, plus que ton mental, tes intuitions vont te permettre de faire le bon choix à un moment donner ou à un autre dans ta vie et dans toutes les situations que tu y rencontres, tu sais, celles que tu appelles le hasard !

Pourquoi est-ce que je te parle des atomes et des électrons qui les composent ? Parce ce sont les briques fondamentales de tout le vivant et même de tout ce que tu crois être inerte ! Étonnant non ?

Ce champ informationnel autour des atomes qui nous constituent, qui constituent toutes nos cellules, tous nos organes, nous permet de capter ce dont notre organisme tout entier à besoin, et où il n’est nul besoin que notre mental sache ce dont il a besoin.

Comment ce champ informationnel peut-il savoir ce dont nous avons besoin, sans que nous (être doté d’intelligence) nous ayons besoin de le savoir ou même de le vouloir ?

  • Premièrement, la plus importante, parce que notre intelligence est encore très loin d’avoir compris ce que nous sommes et ce dont nous avons besoin, un jour peut-être, nous finirons par le savoir, mais beaucoup d’eau aura coulé sous le pont Mirabeau !
  • Secondement, et le plus étonnant, c’est que ce champ est une des plus petites pièces d’une conscience cosmique qui gère, à un niveau encore en dehors de toute compréhension humaine, tout ce qui est et vit dans l’univers, même tout ce qui nous semble encore inerte !

Tout ceci n’est pas que le point de vue du simple d’esprit que je suis, mais c’est aussi le point de vue de plus en plus émergeant d’une partie de nos plus éminents scientifiques, qui continuent de révolutionner nos croyances erronées, sur ce sujet passionnant et passionné qui occupe l’esprit des êtres humains depuis leur apparition sur Gaïa !

Être un électron libre, pour un être humain, c’est se laisser guider par ses intuitions, son propre champ informationnel qui l’entoure et dans lequel il va puiser sans en avoir la moindre idée, ce dont il a besoin pour vivre et se transformer.

Sa plus grande problématique, à l’être humain en général, c’est qu’il croit, dur comme fer, savoir ce dont il a besoin, ou qu’il croit tout ce qu’on lui dit de croire et c’est ici que c’est électron libre que nous sommes se laisse attacher, par tous ceux qui lui veulent, soi-disant, du bien ! Et c’est ici aussi que commence son enfer, ses maladies (son mal a dit), ses errements qui le focalisent sur son mal être, l’empêchant de reconnaître sa nature profonde d’électron libre.

Pendant que tu crois tout ce que l’on te raconte, pour t’enfermer dans ta cage ou tu crois vivre, d’autres empruntent, depuis toujours, la voie de l’électron libre, celle où ils croissent, avec au cœur la joie de vivre pleinement et dans la joie leur incarnation ici-bas.

Électron libre, j’ai choisi d’être, et toi ?

Raymond MAGDELAINE

Un ion est un atome avec un électron de plus (ion négatif) ou de moins (ion positif) ce qui explique qu’il puisse attirer ou repousser d’autres électrons libres !

Ce que me révèle notre alphabet

Petit conte inspiré par la langue des oiseaux (LDO)(1) au travers de notre alphabet, où le sens originel(2) des lettres décrit les phases chronologiques de notre croissance, aussi bien au niveau de leur graphie, de leur sens premier, que de leur sonorité.

Sens originel en gras : suivi de mon interprétation inspirée par la LDO et mes intuitions.

A : Énergie primordiale : Le père ensemence la mère.

B : Faire place : La semence germe dans le sein de la mère.

C : Porter à l’extérieur : Le fœtus se prépare à sortir.

D : Porte, ouverture : La poche des eaux se déchire.

E : Souffle, cri : L’enfant paraît.

F : Crochet, rame : Au crochet de sa mère il apprend l’autonomie.

G : Flèche, distance : Il amorce une prise de distance avec sa mère.

H : Barrière, clôture : Encore très encadré il commence son apprentissage.

I Y J : Main, doigts : Il apprend à prendre en main son destin.

K : Prendre, donner : Premiers apprentissage d’interaction avec les autres.

L : Faire avancer : Il avance pour vivre ses premières expériences.

M : Eau, eaux: Il se pose les questions existentielles des êtres humains.

N : Ce qui est caché : Il commence à chercher ce qui se cache derrière les apparences.

O : Voir, consulter : Il va devoir pour cela approfondir ses connaissances.

P : Parler, respirer : Il cherche dans les échanges avec les autres ce qui va l’inspirer.

Q : Chas de l’aiguille : Bascule, passage de la porte étroite de la compréhension.

R : Tête, commencement : C’est le retour vers nos origines divines, vers la source.

S : Réduire, analyser : Besoin d’analyser, de simplifier, d’assimiler, pour comprendre.

T : Pêcher, capturer : le moment est venu, de se trouver ou de se découvrir.

U V W : Ces trois lettres sont des formes dérivées du F, et ont la même signification.

X : Charpente, squelette : Notre être complètement structuré nous permet d’avancer sur notre voie.

Z : Le Z est un dérivé du G, et à la même signification que lui.

C’est assez bluffant, je trouve, de m’apercevoir au travers de ma quête existentielle, que notre alphabet correspond trait pour trait à une méthode d’apprentissage du soi.

Il a été créé cet alphabet(3) , j’en suis intimement persuadé, par des alchimistes, des initiés aux mystères de la vie et de ses origines profondes, venues de la source primordiale, c’est à n’en plus

Langue des oiseaux

douter.

Ceci, n’est qu’une première approche, il y a en moi un besoin impérieux pour ma croissance de continuer à creuser la LDO, qui m’ouvre de nouvelles perspectives et de nouveaux horizons !

 

(1) La langue des oiseaux tire « en partie » son décodage des mots du sens originel et de ses dérivés des lettres les composant.

(2) Le sens originel des lettres, est extrait du livre de Marc-Alain OUAKANIN « Mystères de l’alphabet» aux Éditions Assouline.

(3) L’appellation « alphabet» tire ses origines de l’alphabet grec, auquel il emprunte les lettres alpha et béta, emprunté aux lettres sémitiques aleph et bèt.

Raymond MAGDELAINE

Le bien et le mal

Ce sont, de mon point de vue, deux notions purement humaines. Pour comprendre leur rôle respectif dans notre vie, il nous faut comprendre certaines choses, que nous enseignent depuis la nuit des temps de l’humanité, toutes les traditions de la planète.

Premièrement, ce ne sont pas deux concepts séparés, ils sont intimement liés l’un à l’autre et interagissent simultanément l’un avec l’autre, la meilleure représentation schématique que je connaisse est le symbole du Yin et du Yang.

Secondement, le bien, le mal, le yin, le yang… sont l’équivalent de l’amour et de la haine, de la peur et de la confiance… Toutes ces notions, et bien d’autres encore, sont des parts de nous qui ne sont jamais séparés.

Ses parties sont intiment intriqués à nous, vouloir les séparer est illusoire, et ne règle jamais les problèmes engendrés par l’une ou l’autre, l’unique remède est de transformer, pas à pas nos « côtés obscurs » en « Lumière », en parts lumineuses, lumière qui cherche sans cesse à émerger de nous, c’est le but de notre incarnation.

Sur ma page Facebook, j’écrivais que la haine, qui peut nous habiter, était la part immature de l’amour !

La haine est toujours la conséquence d’un déficit d’amour, qu’on ne nous donne pas ou que nous nous refusons de recevoir, car nous pensons que nous ne le méritons pas ! (1)

La haine ne pourra être transformée en amour que lorsque l’individu sortira de sa phase transitoire d’immaturité, il lui faut du temps pour y arriver, et enfin comprendre pourquoi la haine l’habite.

Un individu à parfois besoin d’explorer toutes les facettes de la haine, pour comprendre qu’elle ne conduit à rien de constructif, que ce n’est qu’un moyen de destruction de celui ou de celle vers laquelle elle est dirigée, mais que c’est aussi un moyen puissant de se détruire à petit feu.

Parfois, il faut à un être plusieurs incarnations, pour comprendre que la haine est stérile, il est même possible que certains d’entre nous ne le comprennent jamais et s’excluent par leur ignorance (forme classique de l’immaturité) de leur capacité à la dépasser pour retrouver l’autre part de nous-mêmes qu’est l’amour.

Cet amour est vital pour nous, si nous n’en recevons pas, nous mourrons, c’est le constat navrant d’une horrible expérience réalisée en Russie qui a démontré qu’en privant volontairement un groupe d’enfant de toutes formes de marques d’amour ils ne survivent pas, pendant que l’autre groupe qui en recevait s’épanouissait pleinement !

La haine n’est pas engendrée par un Dieu discriminatoire, ou par des bourreaux venus ici-bas pour nous faire vivre un enfer, le plus souvent elle est engendrée par notre ignorance du processus de la vie commune à toutes les autres formes de vie.

Ce processus, au travers de ce que l’on appelle notre libre arbitre, nous permet d’explorer, « le bien » et « le mal » pour en extraire la quintessence, c’est-à-dire la substantifique moelle, capable de nous faire vivre en parfaite harmonie avec tout ce qui nous entoure, et auquel nous sommes inextricablement liés et interdépendant !

Nous avons le droit d’explorer « la haine », mais nous n’avons pas le droit d’y séjourner éternellement, aucun « Dieu » ne nous punira, la punition, si punition il y a ! est contenu dans son principe, qui je vous le rappelle, est auto destructeur.

Si le cœur vous en dit, continuez à l’explorer, vous devriez savoir à ce stade de la lecture, vers où elle vous conduira inexorablement.

La planète connait ce principe, elle laisse, pendant plusieurs millions d’années, les espèces qui la peuplent explorer toutes les facettes de la vie, mais ne retiendra, à terme, que celles qui lui apporteront l’harmonie, indispensable à son équilibre et à sa croissance.

Elle effacera de sa surface, mais aussi de ses mémoires, tout ce qui n’est pas favorable à l’extension harmonieuse et équilibrée de la vie, ici, où partout ailleurs dans l’immensité insondable de l’univers.

Les constantes mathématiques, observées par nos plus éminents scientifiques, confirment toutes ces lois fondamentales qui régissent une croissance harmonieuse de l’univers, à tous ces niveaux du plus grand des objets célestes, à la plus petite des particules qui le compose.

Si tu observes attentivement le mot « haine » et le mot « aime », tu constateras que phonétiquement il ne diffère que par deux seules consonnes « n » et « m », le « h » étant muet, et lorsque tu les prononces tu entends haine pour le «n» et aime pour le «m» !

C’est une clé, qui nous est donnée par la « Langue des oiseaux », qui invite tout être ayant atteint un stade de maturité suffisant à transformer sa « n » en « m » !

Dans une incarnation, tant qu’un souffle de vie t’animera, continue inlassablement à transformer tes peurs en confiance, tes côtés obscurs en lumière, ta « n » en amour ou en harmonie qui est son synonyme…

Persévérez (percez et vous verrez) pour voir la lumière il faut percer la peau de notre bulle, peau qui est à l’origine de toutes nos ombres. Percer la bulle, c’est se dépouiller de toutes nos peurs, de nos haines, de nos craintes… qui nous enferment dans l’immobilise, notre côté obscur, notre bulle, notre enfer ou nous nous mentons à nous-mêmes (l’enfer me ment est entendu dans « enfermement »).

Tout est harmonie pour ceux qui continuent à croître ! comprenez-vous ?

(1) Il y a de multiples autres causes, suivant les individus, qu’il serait trop long de recenser ici, avec le risque d’en oublier d’importantes qui pourrait m’échapper.

Raymond MAGDELAINE

Je suis le chemin !

C’est Jésus qui prononce cette affirmation à ses disciples peu de temps avant sa crucifixion !

« Thomas lui dit : Seigneur, nous ne savons où tu vas ; comment pouvons-nous en savoir le chemin ? Jésus lui dit : Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi. » Jean 14

Ce qui va suivre n’est qu’un point de vue le mien, que les puritains, les dogmatiques… fuient cette petite chronique qu’ils vont sûrement trouver blasphématoire, mais je n’ai cure des idées reçues qui n’ont qu’un seul objectif, nous formater… aucune chance avec moi, je suis un électron libre (1) !

Je suis le chemin prononcé par Jésus du temps de son enseignement équivaut depuis qu’il est devenu Christ, à ; « nous sommes le chemin, la vérité et la vie. Quiconque le suit (le chemin) vient au Père ! »

S’arrêter aux paroles inscrites dans les évangiles, ici celle de Jean, équivaut à figer le mouvement incessant de la vie, c’est transformer l’eau vive d’un cours d’eau en glace immobile !

Tous les dogmes cherchent à nous faire croire que ce qui est écrit est l’unique Vérité, oui, mais voilà ce qu’enseignait Jésus à Thomas, ne dit pas du tout
cela !

Thomas en fait demande au maître ; « comment pouvons-nous connaître notre chemin, lorsque nous ne savons pas où nous allons ! »

Le « Je suis le chemin, la vérité, et la vie. » doit être interprété, de mon point de vue, par ; « Nous sommes tous le chemin, la vérité, et la vie. ». Et bien sûr, toujours de mon point de vue, si nous sommes tout cela ; « nous allons tous au Père ». Enfin, si notre chemin est celui qu’il enseigné il y a plus de deux mille ans ! Sinon ; « nous restons tous en enfer (2) ».

C’est dans le livre de Gitta Mallasz « Dialogue avec l’ange » que j’ai commencé à entrevoir la réponse du chemin que nous devions tous prendre !

Attention ! Pas le même, chacun le nôtre !

Emprunter le chemin dit l’ange c’est oser poser le pied en toute confiance dans le vide (le saut dans l’inconnu) sans regarder où on le pose. Dit autrement ; « Le chemin n’est pas celui que nous choisissons, mais celui qui nous a choisis » c’est un équivalent dans d’autres traditions de la planète, de la réponse de Jésus faite à Thomas !

Depuis peu, comparé à l’âge que j’ai, je laisse s’écouler naturellement la voie invisible sur laquelle je pose mes pieds sans chercher à voir où je les pose. Et là je deviens la voie (le chemin). Je ne suis pas pour autant devenu Christ, mais comme lui, en suivant son exemple j’avance à mon rythme vers le Père (tu as remarqué je ne dis plus Dieu, pour ne pas t’effaroucher !).

Quand tu chemineras sur « El Camino » pour te rendre à Compostelle, je te conseille vivement de regarder où tu poses tes pieds, pour t’éviter de trébucher sur ce chemin extérieur à toi… Car j’espère que tu as compris que le chemin dont je te parle ici est celui de ta voie intérieure, celle qui te conduit tout droit vers TOI et donc vers notre Père, dont nous sommes tous issus !

La vie qu’évoque Jésus dans sa réponse à Thomas, c’est notre part lumineuse que nous devons mettre en œuvre ici-bas !

La vérité c’est la nôtre, celle de notre cœur, celle de nos actes mis en conformité avec notre être profond, notre MOI véritable, notre âme si tu préfères !

(1)Nous sommes tous des électrons libres, ce sont nos peurs qui nous attachent à un nid (maternel, celui des aprioris, des formatages, d’une secte…) qui nous rassure en attendant que nous soyons prêts à le quitter.

 (2)L’enfer n’est que le côté obscur de chacun de nous, il est engendré par nos peurs, libérez-vous de vos peurs et vous redeviendrez électron libre !

Raymond MAGDELAINE

Harmonie

Je n’ai que de l’Amour à t’offrir en partage, parce que ma seule arme pour te convaincre c’est l’amour, et toi tu t’obstines à le repousser parce que dans ce monde tu te focalises sur la haine, les guerres contre tes « Moulins à Vent » et tu penses que tu me punis en croyant m’en priver, alors que c’est aussi toi qui te prives d’une énergie universelle, celle de l’harmonie engendrée par l’amour.

Tu crois être le plus fort caché sous tes armures de haine avec tes armes à la main ou personne, à part toi, n’a de grâce à tes yeux… alors tu nous menace avec tes armes sans te rendre compte qu’en blessant les autres, c’est toi que tu détruis, tu te détruis à petit feu, tu te suicides à petit feu !

Ton orgueil, ton mal être est si grand qu’il te masque ta propre réalité, celle de l’enfer que tu fais vivre aux autres et dans lequel tu t’enfermes, tu t’enfonces inexorablement, si sûr de toi, si sûr de tes droits que les autres bafouent… crois-tu !

Vois-tu mon frère, ma sœur, tant qu’on a que la haine à offrir en partage, on fait souffrir les autres, on fait souffrir ses proches, on fait souffrir ceux qu’on aime le plus au monde… et qui vont s’éloigner, prendre de la distance avec toi pour ne plus subir l’enfer que tu leur fais vivre et qui te détruit petit à petit.

Je t’offre le remède le plus puissant de l’univers mon amour, au travers d’une main tendue, pour t’offrir l’unique planche de salut, celle qui te permettra de transformer toutes tes « haines » en « aime » (aime-toi).

Mais pour que le remède agisse en toi il faut que tu décides à te soigner, cela ne repose que sur toi, mon ami(e), mon frère, ma sœur !

Au fait l’harmonie, c’est quoi ?

L’Harmonie, ou la recherche de l’équilibre !

« Vois-tu c’est un monde ou les armes sont honnies (entendu dans harmonie), où nos peurs engendrant la haine des autres sont transformées en harmonie produite par l’amour qu’on s’offre et qu’on offre aux autres ! »

Comprends-tu ?

Raymond MAGDELAINE