Le passage à vide

L’illusion que les autres, s’éloignent de nous, ne nous comprennent plus, comme si nous parlions chinois, ne répondent plus à nos courriels, partagent de moins en moins de choses avec nous sur nos pages, peut nous faire croire qu’ils ont des griefs (non-dits) contre nous, ou que nous avons dit ou fait quelque chose dont nous n’avons pas conscience.

Cette impression, n’est que passagère, enfin quand on ne se focalise pas dessus, ce qui est difficile à réaliser, surtout lorsque nous attendons qu’ils nous en expliquent les raisons, car à ce moment-là nous pensons qu’ils en sont la cause directe.

Bien que passagère, elle est aussi récurrente pendant la durée de cette illusion, elle revient sans cesse à des moments nous paraissant insignifiants, mais qui sont pourtant très « signifiants » le jour où le temps est venu à nous de le comprendre.

Rien n’arrive au hasard ; la rencontre, l’amitié, l’amour, la séparation, le divorce, la naissance, l’âme hors (la mort), la solitude, la traversée du désert, nos joies nos tourments, nos maux nous disent ce que nous n’entendons pas…

Tout absolument TOUT est un message adressé par notre ange (notre Soi), la partie la plus lumineuse de nous, non incarnée et qui nous guide jour et nuit, message adressé à la partie incarnée dans un corps (le petit moi), qui attend les messages (souvent sans les entendre) venu éclairer nos parts d’ombres.

L’illusion se dissout, le jour où nos croyances en la faute d’autrui ou à pas de chance, finit avec le temps nécessaire à la re connexion à l’âme immortelle qui nous guide, le jour où nous cessons de construire des scénarios illusoires qui ont engendré le passage à vide.

En principe il nous faut atteindre le fond du gouffre, du trou noir qui nous avale et nous effraye tant que pendant toute cette descente aux enfers, nous n’entendons plus notre âme qui ne cesse jamais de nous parler.

Lorsque nous touchons le fond de ce trou noir de la partie incarnée de nos âmes, la grâce divine nous autorise à voir la lumière, à reprendre contact avec la partie lumineuse de notre âme. Au fond de toutes les nuits noires, des âmes incarnées se trouvent un trou blanc, une porte, un passage, un tunnel extrêmement lumineux, qui nous invite à entrer à nouveau dans la lumière, à reprendre contact avec notre guide d’incarnation.

C’est ce matin, où je viens d’atteindre, le fond de la nuit noire de mon âme, que je viens d’entendre l’invitation de ma moitié de lumière à franchir le seuil des enfers (de mon enfer).

En franchissant ce seuil, je vais m’affranchir de tous les obstacles (de tous mes diables, mes ombres), car la lumière va enfin me révéler ce que je dois y faire pour pouvoir les transmuter en force lumineuse.

Ce passage à vide, cette chute dans la nuit noire de mon âme, est une des nombreuses petites morts, de notre vie qui nous font renaître à chaque fois dans un univers de plus en plus lumineux, qui est la croissance des âmes incarnées.

Dans quel but ?

Je ne le sais pas encore vraiment, mais au fur et à mesure des mes apprentissages ici-bas, j’en ai une petite idée que je partagerais avec ceux et celles qui sont en capacité de l’entendre, avant de pouvoir le comprendre !

On me demande quelquefois (en MP) de faire des soins à distance pour soulager une âme qui traverse un passage à vide une nuit noire de l’âme, je refuse rarement de le faire gracieusement pour mes ami(e), mais je les préviens tout le temps que ce n’est qu’une béquille, le temps de soulager un moment pénible, et je rajoute que la seule personne capable de se guérir, c’est nous et nous seuls, en ne résistant pas à toutes les petites morts que nous devons traverser, pour nous permettre de croître !

J’ai, comme tout le monde du mal à porter ma croix, et pourtant, ce n’est pas à Simon de Sirène (aux autres) de la porter à ma place, mais bien à moi de la porter jusqu’à mon Golgotha, car au bout, j’y rencontrerais toujours une renaissance sur un plan encore plus élevé, encore plus lumineux que celui que je suis en train de quitter, sans aucun regret, enfin, si j’ose en franchir le seuil, m’affranchir de mes entraves !

Tu ne peux traverser aucune nuit noire de l’âme, si tu ne crois pas en toi et en tes capacités de te guérir tout seul, si tu n’as même pas foi en toi !

Ne crois pas en Dieu, si c’est ton choix, ne crois pas en moi, si tu doutes de moi, ma sœur, mon frère, mais crois au moins en toi !

Le vide t’effraiera tant que tu ne comprendras pas qu’il est empli de toi (de ta partie de lumière) et qu’il conspire pour toi, en attirant vers toi toutes les potentialités qui te permettront de croître !

Raymond MAGDELAINE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *