L’église bâtie par Pierre

« Tu es Simon-Pierre », de son vrai nom Simon Bar-Jona « Simon, fils de Jonas », « Heureux es-tu, Simon fils de Yonas : ce n’est pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais mon Père qui est aux cieux. Et moi, je te le déclare : Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église[1] ; et la puissance de la Mort ne l’emportera pas sur elle. », lui aurait dit Jésus, si j’en crois les quatre évangiles, choisis de manière collégiale par les Papes successifs !

C’est lui qui effectivement bâtit la première église où il y fut le premier Évêque, le premier Pape !

Mais contrairement à ce que souhaitait son maître qu’il avait reconnu comme étant le Messie « Tu es le Messie, le Fils du Dieu vivant ! », Simon-Pierre va construire la toute première église sur ce qu’il avait compris des messages du Messie, en y excluant la femme, toutes les femmes, aussi nombreuses, pourtant que les disciples hommes qui accompagnaient ce Messie sur les routes de la Judée, de la Galilée et de la Samarie…

Pourtant dans les évangiles canoniques, où la femme y joue un rôle très secondaire, il y est dit clairement que ce « Rabbi » avait deux disciples préférés en désignant Jean et Myriam de Magdala, autre preuve, à mes yeux, qu’elle était pour ce Jeshua de Nazareth, beaucoup plus qu’un disciple.

Tant que nous ne ferons pas entrer « complètement » la Femme dans l’église de Simon-Pierre, ou plutôt devrais-je dire celle « de l’église actuelle au cœur de Pierre », elle restera à mille lieues des messages d’amour, de paix, de liens fraternels (Religion signifiant ; créer des liens), qui sont les messages essentiels de ce Christ, de ce « Cristal » qui laisse passer la lumière, et qui devrait constituer la charpente fondamentale de son église à « LUI » et pas celle que les Hommes au cœur de pierre (le pouvoir patriarcal) ont construit et qui s’effondre sous nos yeux comme se sont effondrées les murailles de Jéricho !

« Errare humanum est, perseverare diabolicum »

Un très beau film que je vous conseille de voir « Marie Madeleine », revisite l’histoire des premiers disciples du christianisme en remettant la Femme, toutes les Femmes au cœur de cette phase primordiale d’un Christianisme dévoyé au fil du temps par l’hégémonie des Hommes d’Église !

Dialogue extrait du film Marie Madeleine :

Comment sera-t-il le royaume ?

« Il est tel un grain, un grain de sénevé qu’une femme ramasse et plante dans son jardin. Il grandit, il grandit… et les oiseaux du ciel viennent y faire leur nid dans ses branches. »

Mon interprétation de cette parabole :

« Il sera (le royaume) issu de la graine que vous ramasserez et planterez dans votre jardin (votre cœur), il y grandira, grandira… (sous-entendu si vous le vivez intensément dans votre corps) et alors… les enfants de la terre (ce qui est en bas sera comme ce qui est au ciel) pourront y vivre en paix (ils pourront y faire leur nid) ! »

Myriam de Magdala est la seule dans ce film à avoir compris la parabole utilisée par Jeshua, qui annonce à tous ces disciples l’arrivée du Royaume, en ajoutant même qu’il est déjà là au moment où il leur annonce !

Plus de deux mille ans plus tard qui a compris cette parabole-là, qui a compris toutes les autres paraboles de celui qu’on nomme le Messie, qui ?

Raymond MAGDELAINE


[1] Il ne lui dit pas de bâtir sa vision à lui de SON église, mais lui demande de bâtir celle qu’il enseigne… ce qui est loin d’être ce que les Hommes d’Église ont fait ! Hélas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *