Contrats d’âmes

Peut-on imaginer, ou du moins se souvenir d’un contrat que nous aurions passé entre âmes consentantes, afin de pouvoir nous entraider dans l’incarnation que nous allons vivre chacun de notre côté, mais où nous nous rencontrerons au moment opportun pour mettre en œuvre le contrat ?

Peut-on une fois le passage du Léthé se souvenir que celui ou celle que nous allons percevoir comme notre bourreau puisse agir envers nous comme il l’a fait, et que nous puissions comprendre les raisons qui l’ont poussé à le faire ?

Pouvons-nous penser un seul instant que nous avons donné notre accord, en toute connaissance de cause, au pseudo bourreau… pouvons-nous le croire ?

Pouvons-nous penser une seule seconde que Dieu en personne ait envoyé l’un de ses fils sur cette terre, y subir la crucifixion, sans qu’il n’en soit le moins du monde impacté, par le calvaire qu’il lui a fait traverser, même si c’est d’une autre manière ?

Dans ce merveilleux film « Le chemin du pardon (La cabane) » Mère (Dieu) montre à Mack qui lui reproche d’avoir abandonné son fils, les mêmes marques qu’ont laissé sur « Elle » celles encore visibles sur le corps de lumière de son fils présent à ses côtés.

De ce côté du Léthé, il est difficile, mais pas impossible, de comprendre que le bourreau est aussi « quelque part » une victime, et que sa « pseudo » victime puisse envisager de commencer le laborieux et salutaire travail du « pardon », même ici-bas, lorsque son bourreau est sur le point de regagner l’autre rive ?

As-tu remarqué, dans cette chronique, que je ne pose que des questions, pas pour y répondre, car je ne sais rien de toi la victime ni rien de toi le bourreau. Je ne connais rien des contrats que vous avez passés entre vous, pour me permettre d’y répondre. Vous seul (bourreau ou victime) avez la capacité de le faire, lorsque vous commencerez à entrevoir la réalité de la vie et des âmes qui l’animent ici-bas !

  • Ce que je sais, c’est que TOUTES les âmes sont issues d’une unique source !
  • Ce que je sais, c’est qu’ici-bas j’ai tout oublié de ce contrat !
  • Ce que je sais, c’est que les âmes qui interagissent avec moi dans cette incarnation sont TOUTES de la même famille d’âmes que la mienne !
  • Ce que je sais, c’est que l’erreur est humaine, et que ce n’est que persévérer dans nos erreurs qui est diabolique !
  • Ce que je sais, c’est que cette « supra conscience », que j’appelle « Dieu », est essentiellement animée par l’Amour !
  • Ce que j’ai enfin compris ici-bas, c’est que pour que le contrat soit complètement réalisé du côté de la victime comme du bourreau, il faut commencer ici-bas à mettre en œuvre le processus « salvateur » du pardon.

Même si l’oubli momentané de ce contrat d’âmes entrave le chemin du pardon, sache qu’il est vital, que tu le commences ici-bas, pour te permettre lorsque qu’il sera temps, de te retrouver sur l’autre rive l’âme en paix.

Cela nous permettra d’accéder à la lumière, lumière qui nous éclairera sur les épreuves que nous avons passées ici-bas !

Que la force salvatrice du pardon puisse nous permettre de continuer à grandir, ici et au-delà !

Raymond MAGDELAINE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *