Loi universelle

Et si Dieu n’était pas notre Père, mais notre Mère !

Qu’est-ce que cela changerait ?

Tout ! Ou beaucoup de choses !

Si tout ce qui est en bas est comme ce qui est en haut il me semble que la procréation ou la création est une énergie féminine, toutes les espèces vivantes qui procréaient ici-bas ont cette énergie, cette force d’expulser de leurs entrailles le fruit de la semence du Père mûrie en leur sein.

Notre Père et notre Mère qui sont aux cieux sont deux énergies complémentaires, sans lesquelles rien ne peut émerger, nous en avons l’exemple ici-bas sous nos yeux, deux énergies aux caractéristiques en apparence séparée, mais qui sont unies par un lien très puissant et indestructible que l’on nomme l’AMOUR !

Vouloir les opposer est absurde, elles sont vraiment en symbiose intime, comme représentée dans le symbole du yin et du Yang, croire qu’elles sont distinctes est le signe d’un mal à dit, une maladie pas du corps, mais de l’âme, qui se transmettra au corps si l’on n’y prend garde.

Comment peux-tu Raymond affirmer que Dieu est une Mère plutôt qu’un Père ?

Je cherche au-delà des mots, au-delà des apparences des clés, qu’on ne cesse de nous envoyer, mais que nous ne voyons pas tout de suite, je vais reprendre pour illustrer mon propos, cette citation :

« Lorsque le maître, montre du doigt la Lune, l’enfant voit le doigt, l’adulte la Lune et le sage essaye d’y trouver le sens ! »

L’enfant ici est le premier degré de compréhension, comme il ne possède pas encore la connaissance, il ne peut voir que le doigt.

L’adulte qui a acquis la connaissance va voir ce que montre le doigt, c’est le second degré de la compréhension !

Le sage lui recherche ce que le maître, sans rien dire, cherche à nous faire comprendre, il va chercher une réponse au-delà des apparences, c’est le troisième degré de la compréhension.

Il existe un quatrième degré de compréhension, celui de l’initié, qui lui comprend que la Lune ne nous présente toujours que la même face et nous cache l’autre, l’initié comprend que le maitre nous incite à chercher toujours ce qui se cache derrière les apparences, ici la face cachée de la lune.

Les initiés ont créé un outil extraordinaire qui est la langue des oiseaux, que j’ai utilisé pour décoder « la maladie » un peu plus haut en « le mal nous dit » !

Il nous dit quoi le mal, il nous dit de chercher par nous même les causes de notre maladie pour nous permettre de nous guérir, car nous sommes notre propre médecin et nous avons à notre disposition toutes les ressources en nous pour en « Gaie Rire ».

Une autre clé nous est donnée avec le mot médicament qu’il faut entendre médi ça ment, le médecin nous ment, il n’est pas très intéressé, avoue-le par ta guérison, mais plus intéressé à entretenir ta maladie, non ?

Ce qui n’est pas ton cas je suppose, mais libre à toi d’écouter ses balivernes, ils n’ont pas beaucoup changé les médecins depuis Molière le sais-tu, ils sont toujours aussi ignorants des causes réelles de ta maladie.

Pour revenir au sujet de ma chronique, prétendant que Dieu, enfin que le créateur de l’Univers est une Mère, plus qu’un Père, la clé est donné en langue des oiseaux, lorsqu’on décode le titre de cette chronique « Loi universelle »

La loi est un principe masculin, c’est une intention (c’est la semence du Père)

Universelle, est le principe féminin qui murit en son sein et qui contient l’intention qu’elle va mettre au monde (dans la matière) intention qui est, je pense que tu as compris, de s’unir vers elle, vers elle pas vers lui, donc Dieu est une Mère, nous sommes tous une parcelle (une part d’elle) et notre objectif est de nous unir à elle, dans le principe de l’amour insufflé par l’énergie du féminin.

Je te donne ici quelques pistes pour que tu puisses pouvoir à ton tour atteindre le niveau de compréhension de l’initié qui ne doit surtout pas être réservée à une élite, à une secte ou à une loge… les pistes à explorer sont offertes à tous ceux qui prennent la peine de les chercher en ne s’arrêtant pas sur le premier ou le second degré, celui des apparences.

Comprends-tu ?

Raymond MAGDELAINE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *