Essai sur le Son

Au début était le son !
Ce qui a été exprimé par ; « Au début était le verbe et le verbe était Dieu ! »

Creusons un peu cette première affirmation que vous pouvez retrouver dans le livre de la genèse, le verbe est émis par la voix et généré par nos cordes vocales, le verbe, les mots prononcés sont une suite de sons savamment modulée pour produire le verbe contenu dans toute phrase qui sans lui n’aurait aucune signification.

Ondesonore
La parole est une vibration issue de la vibration initiale

Donc le verbe est son ou une modulation de sons qui savamment associés forment le verbe, maintenant avançons un peu plus loin dans l’analyse et parlons de ce sujet très délicat, capable de froisser les susceptibilités à fleurs de peaux, je parle de « Dieu » vous l’avez compris… ne fuis pas Léon, Dieu est effectivement contagieux, mais sa contagion est porteuse de la guérison de ton mal être !

Donc le Verbe (le son) était Dieu !

Dieu c’est quoi ?

Un principe conscient de lui-même et de tout ce qu’il aurait créé intentionnellement, il est (ce principe) vivant, où, sous quelle forme ? Je n’en sais fichtre rien ce que je sais c’est que son royaume n’est pas de cet univers pour sûr !

Il émit donc un son, une vibration tellement puissante, un son avec une intention précise, preuve d’une conscience, celle de générer, de créer, d’engendre, d’enfanter, l’univers, qui enfantera les étoiles, qui enfanteront, très, très, très… longtemps après, les formes de vie que nous connaissons sur notre belle planète eau et sûrement ailleurs dans notre univers !

Ce que je vous raconte ici n’est pas une vue de mon esprit « illuminé » comme vous pourriez le penser, mais est emprunté aux conclusions de gens très sérieux et très propres sur eux, qu’on appelle les scientifiques, qui disent ; qu’au début était l’information et que cette information est contenue dans l’énergie provoquée par les vibrations.

Souhaitez-vous que j’approfondisse ou plutôt que j’essaye de vous clarifier leur analyse ?

Oui !

OK, je me lance donc !

L’information dont ils parlent est de type mathématique, c’est-à-dire, un langage codé, purement immatériel, ce langage imaginé par l’homme l’aide depuis la nuit des temps à résoudre des énigmes restées très longtemps obscures, énigmes invisibles à nos misérables sens, mais qui se manifestent tout de même dans la matière sous une forme ou sous une autre… vous suivez ?

Sinon arrêtez-moi !

L’information, est contenue, dans une énergie engendrée par une vibration, un son primordial, un cri venu d’ailleurs, de nulle part, un peu comme l’aigle noir chanté par Barbara ! je reviendrais un peu plus loin sur l’origine de ce son ne t’impatiente pas, tout vient à temps à qui sait attendre !

Une information codée, qui contenait à l’origine (lors du Big Bang) le code génétique de toutes les différentes formes de vie primordiales, qui engendreront plus tard des formes de plus en plus sophistiquées.

Pour naître cette information a besoin, du son primordial, qui émet la première vibration, vibration primordiale qui va engendrer, l’énergie, énergie qui va servir de véhicule à l’information primordiale, pour que puisse germer ce que nous appelons la matière, dont nous sommes tous constitués et dont l’univers dans lequel nous vivons est aussi constitué.

Le son primordial qui est émis doit être porteur d’une intention primordiale, pour que cette intention puisse engendrer les formes, qui par voie de conséquence vont se manifester dans la matière, et vont ensuite engendrer de nouvelles formes…

Pour que tu comprennes mieux ; la graine contient en elle l’information porteuse d’une intention celle d’enfanter un chêne, si le code génétique de la graine pour une raison ou une autre contenait une information altérée, le chêne majestueux ne pourrait croître jusqu’à son terme.

La vibration primordiale, engendre l’énergie, la force nécessaire à l’éclosion et transmet à ce qu’elle vient de créer la capacité d’engendrer à son tour des formes capables d’évoluer, de se transformer, de s’adapter à l’environnement, et plus important encore d’être conscientes de leur environnement et des échanges primordiaux qu’elles vont avoir avec lui !

Ce que je constate et que tu peux constater part toi-même, c’est que plus de 13 milliards d’années plus tard la vie (la vibration) a enfanté ce que nous sommes, c’est-à-dire le maillon le plus évolué de la vie, du moins sur cette planète.

Souffle-de-Dieu
L’intention initiale se manifeste dans ce TOUT que j’appelle DIEU !

Comprends-tu que ce son primordial pour se manifester doit être émis, par quelqu’un ou quelque chose et qu’il doit contenir une intention précise, consciente de sa nouvelle création et qui contient en germe l’intention suivante pour lui permettre de s’adapter. En clair, elle va émettre, cette première création, en écho au son primordial, un son secondaire, qui va organiser la matière de telle sorte que le troisième son émis puisse contenir le son suivant, un peu comme un écho qui se perpétuerait, mais contrairement à celui de nos montagnes qui s’amplifierait et se sophistiquerait d’écho en écho !

Si la première analyse trouvée dans le livre de la genèse est un peu simpliste au premier niveau, je te l’accorde, ou plutôt est très condensée, je sais que celle de nos scientifiques va te paraître très compliquée et tout aussi peu convaincante pour ton esprit encore très cartésien, et très formaté par les croyances que l’on a essayé de te faire ingurgiter comme si tu étais une vulgaire oie.

L’analyse tirée des hypothèses validées par les mesures et celles des hypothèses émises permettent aux scientifiques de s’approcher d’une synthèse en explorant les thèses et les antithèses des uns et des autres, et d’en arriver à des conclusions assez proches de celle du livre de la genèse, mais en utilisant des termes différents… la belle affaire !

Je vous réactualise ce livre très ancien en essayant de reformuler cette phrase en termes adaptés à notre époque !

« Au début était un son primordial et ce son était doté d’une intention très précise porteuse d’un projet ! »

Alors que cette intention phénoménalement précise, dont nous sommes toi et moi l’aboutissement temporaire, issu par cascades successives et tout aussi phénoménalement précise, tu peux l’appeler comme tu veux ou ne pas la nommer, le nom que tu lui donnes, que je lui donne, parle tous deux de la même chose, il évoque une intelligence suprême dont tu as le droit de croire encore qu’elle est due au hasard !

Comme je suis aussi indécrottable que toi, moi je continuerais contre vents et marrées à l’appeler « Dieu » au risque de perdre ton amitié, qui m’est pourtant précieuse, car ton point de vue me fait peut-être, plus avancer que le mien !

Raymond MAGDELAINE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *