Essai sur le temps

Le passé, tout le monde sait de quoi je parle, ce sont toutes ces choses que nous avons faites et sur lesquelles nous ne pouvons ou plutôt croyons que nous ne pouvons plus agir, c’est la vision la plus classique du temps.

Le présent, est, à mon avis, un peu plus complexe à définir, c’est le moment où je tape ces quelques lignes sur le clavier de mon ordinateur, mais à ce stade tout ce qui est à ma gauche appartient-il au passée et tout ce qui n’est pas encore manifesté sur la ligne blanche de Word à ma droite appartient-il au futur ? Difficile de définir le présent !

Le futur, n’est pas non plus facile à définir, il est ce que mes intentions, mes désirs vont bien vouloir en faire ou du moins essayer d’en faire, se manifestera-t-il dans les secondes ou les minutes qui vont suivre ou restera-t-il encore une intention qui se manifestera plus tard ?

Le passé, provoque des réactions aussi diverses que variées, ou se mêlent, les regrets, la culpabilité, le sentiment d’impuissance engendré par l’illusion de ne plus pouvoir faire grand-chose pour réparer l’erreur que nous y avons commise, la satisfaction d’avoir dit ou fait ce qui nous semblait être juste…

Le présent, qui peut être vécu en ayant une conscience aigüe de nos gestes, de nos pensées, de nos actions, de nos paroles, de nos intentions, ou au contraire vécu de manière mécanique, automatique et gouverné par un ego perdu dans ses regrets, ses culpabilités du passé ou préoccupé par les angoisses d’un futur hypothétique !

Le futur, sur lequel le mental se focalise, s’angoisse, estimant qu’il n’a sur lui aucune prise, ce qui n’est pas entièrement faux, mais qui n’est pas non plus entièrement juste !

En fait, passé, présent et futur, ne peuvent pas être vu avec la notion incomplète que nous avons du temps, le passé appartient encore un peu au présent et le futur commence à s’y manifester, à y prendre forme !

Ouille !

Ici je sens qu’il faut faire une petite pose pour récapituler ce que j’avance dans cet « essai », tu entends bien le mot, « j’essaie » de t’expliquer ce que je pense avoir compris du temps, et que des gens plus savants que moi découvrent et maitrisent, en tous les cas le maitrisent mieux que moi !

Je ne rentrerais pas dans le détail des expériences scientifiques rigoureusement réalisées, qui prouvent que le temps est relatif et s’écoule plus ou moins vite en fonction des conditions particulières et précises de l’expérience, si tu veux en savoir plus, recherche sur internet, ce qu’Einstein a réussi à démonter par le calcul et qui par la suite a pu être prouvé par d’éminents scientifiques !

Les scientifiques évoquent « un temps complexe » qui oscille sans cesse entre le temps, comme nous le connaissons à la maison, et « un temps imaginaire » !

Re ouille ! Oui je sais tu coinces encore !

Pour t’expliquer simplement ce qu’est le temps imaginaire, je vais reprendre l’explication, imagée, qu’utilisent souvent les Frères Bogdanov, sur le DVD de ton film préféré. Il y a de gravé l’intégralité de la romance, de la fiction ou du policier que tu aimes bien voir et revoir.

Lorsque tu le regardes il défile dans le temps que nous désignons comme le temps réel, temps qui s’égrène inexorablement sur la pendule de ton salon, enfin, si tu en as encore une, tu remarqueras, au passage, que tu as le pouvoir de suspendre le temps, en appuyant sur la touche « Pause » de ton lecteur ou celle de sa télécommande !

Lorsque tu retires ton DVD préféré du lecteur, l’histoire est toujours là gravée sur son support magnétique, mais le temps ne s’écoule plus, le temps est imaginaire, calculable avec les nombres imaginaires, c’est un temps figé, ou le temps a suspendu son vol, mais qui s’écoulera à nouveau au fil de ton envie de revoir ce joyau enregistré au format Blu-ray !

À un moment donné de la lecture de ton film, tu peux faire un retour en arrière pour revisiter le passé, ou faire un bond en avant pour découvrir le futur, c’est ce qu’à tout sûr font les âmes désincarnées, si j’en crois les témoignages des expérienceurs (1) ou celles capables de visiter l’astral en sortant de leurs corps, ou ce que fait ton âme tous les soirs lorsque tu dors, elle va se régénérer dans la Lumière.

En fait je pense (donc j’essuie mdr), que nous oscillons sans cesse entre un temps classique et un temps imaginaire, ce que les scientifiques appellent le temps complexe, un exemple tout simple, lorsque je suis obsédé par ma montre je trouve que le temps s’écoule lentement… très lentement, « c’est long, mon Dieu que c’est long ! », par contre lorsque je fais quelque chose qui me passionne, j’ai le sentiment qu’il s’écoule plus rapidement, il est déjà 18 heures ! « Je n’ai pas vu le temps passer ! »

Ce que j’essaie de te décrire ici a été couché mathématiquement sur un tableau noir par le génial Einstein et tester dans les faits lors de tentatives probantes réalisées par les physiciens du CERN (2)entres autres ! Tu vois ce n’est pas qu’une vue de mon esprit mon cher Watson !

CERN
Gigantesque collisionneur de hadrons du CERN

Je pense que le temps n’est qu’une vue de l’esprit et qu’il suffit de modifier son point de vue en l’élevant ou en prenant du recul pour qu’il passe du temps classique au temps complexe, pour ensuite devenir un temps imaginaire, c’est inimaginable non ?

C’est parce que c’est difficilement imaginable que je dis souvent que nous vivons dans un monde merveilleux celui d’Alice aux pays des merveilles ! Un conte pour enfants attardés, un une histoire vraie pour adultes éveillés ?

C’est toi qui vois !

(1) Ces expériences correspondent à une caractérisation récurrente et spécifique contenant notamment : la décorporation, la vision complète de sa propre existence, la vision d’un tunnel, la rencontre avec des entités spirituelles, la vision d’une lumière, un sentiment d’amour infini, de paix et de tranquillité, l’impression d’une expérience ineffable et d’union avec des principes divins ou supranormaux

(2) Le CERN, l’Organisation européenne pour la recherche nucléaire, est l’un des plus grands et des plus prestigieux laboratoires scientifiques du monde. Il a pour vocation la physique fondamentale, la découverte des constituants et des lois de l’Univers.

Raymond MAGDELAINE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *