Archives mensuelles : avril 2019

Gilet jaune dans l’âme, je suis !

N’en déplaise à Voltaire ou à certains de mes amis !

Gilet jaune (1) dans l’âme je suis, car comme eux je ne supporte plus dans mon pays, mais aussi sur cette planète, qu’une minorité d’êtres humains qui se prennent pour des dieux, oppriment, affament, pillent sans vergogne la planète comme s’ils en étaient les propriétaires.

Comme les gilets jaunes, j’en ai ras le bol :
• De toutes les taxes qui pleuvent pour un oui pour un non sur le peuple,
• De toutes les augmentations de ceci cela, alors que dans le même temps les revenus stagnent,
• De tous ces pseudos représentants, tous ces pseudos élus sans réelle majorité démocratique, qui ne pensent qu’à leurs propres intérêts.
• De tous les privilèges d’un autre âge qu’ils s’octroient, pendant qu’ils réduisent notre pouvoir d’achat, pour s’en mettre un peu plus dans les fouilles !

Comme les gilets jaunes, mais aussi comme un nombre de plus en plus croissant de terriens, j’ai pris conscience que la fin de l’Ancien Monde est venue et qu’il est plus que temps pour le peuple, c’est-à-dire pour la grande majorité des êtres humains qui peuplent la terre, de mettre en œuvre le Nouveau Monde.

Comme les gilets jaunes, je pense que si nous ne faisons rien pour transformer le monde, personne ne le fera à notre place, et surtout pas la petite minorité de demi-dieux qui n’ont aucun intérêt pécuniaire à le faire !

Comme les gilets jaunes le font sur les ronds-points (qu’ils ne bloquent plus depuis belle lurette), je pense à la manière dont pourrait se mettre en place une démocratie digne de ce nom préservant les intérêts de tous.

Comme les gilets jaunes, je ne pense pas qu’après moi sera le déluge, je pense qu’il faut que je sorte d’urgence les mains de mes poches pour que mes enfants, petits et arrière-petits-enfants puissent s’épanouir sur Gaïa.

Comme les gilets jaunes, et beaucoup d’autres qui ne les soutiennent pas forcément, j’ai pris conscience qu’il faut que je change mes comportements, envers tous les êtres vivants qui peuplent la terre tout en contribuant à sa croissance, et que j’arrête de me comporter comme un irresponsable.

Dernier point, à mes yeux très important.

Comme les Gilets jaunes, je suis fondamentalement pacifique, mais cela ne veut pas dire que je suis un mouton bêlant, ou un veau qu’on tente de préparer psychologiquement à l’équarrissage.

Comme les gilets jaunes, je pense qu’il ne faut plus rien lâcher, pour une bonne et simple raison, c’est que nous n’avons plus rien à perdre, ou plus grand-chose à perdre, et là je vous parle bien entendu du peuple français, mais aussi des peuples de la terre.

Par contre je sais que certains parmi vous vont me lâcher, j’en serai triste c’est sûr, mais sachez qu’au croisement des chemins où se trouve l’humanité, mon choix est fait et ce choix est bien plus impérieux que de vouloir préserver des faux-semblant.

L’humanité sera spirituelle, ou disparaîtra de la surface de cette planète comme l’ont déjà fait les dinosaures et bien d’autres espèces avant elle.

Je suis gilets jaunes , n’en déplaise, aux pisse-froid et aux pisse-vinaigre, que j’aime bien quand même, car ils sont sur cette terre, mes frères et mes sœurs d’infortunes !

Là où croît le désespoir, croît aussi l’espoir !

(1) Si le vocable « Gilet jaune » te hérisse le poil, change-le par celui « d’homme responsable », ou « d’homme sage » ou « intelligent » qui est la signification exacte du terme homo sapiens qui devrait caractériser notre espèce.

Raymond MAGDELAINE

La fièvre des samedis noirs [1]

Elle perdure malgré le durcissement ou à cause du durcissement ?

En Algérie, nos journalistes ont tout de suite reconnu que le peuple ne souhaitait pas que le départ du Président, mais qu’il souhaitait plus de justice sociale et plus du tout de corruption dans leur pays. Dit autrement ils veulent eux aussi l’instauration de la démocratie, en encore plus clair, pour les sourds et les malentendants, ils veulent être aussi un peuple souverain !

En France, ces mêmes journalistes ne voient dans cette fièvre des samedis noirs, que pillages, saccages, violences systématiques contre les forces de l’ordre, incohérences des revendications des manifestants, anarchie, chienlit provoquée sciemment par des rien du tout, des moins que rien (pour ne pas dire des merdes).

Chose étrange s’ils sont capables de voir la paille dans l’œil des pays voisins, il semblerait qu’ils n’arrivent pas à voir la poutre que nous avons dans le nôtre. Dit autrement qu’ils ne veulent pas la voir, où qu’ils répètent ce qu’on leur dit d’écrire ou de dire, en clair que tout va bien, tout baigne dans le meilleur des royaumes !

Du temps du petit Charles (dit le Pasqua) au moment de la prise d’otage dans une école maternelle en région parisienne, ce monsieur qui a un sens théâtral très prononcé, avait annoncé sinistrement au JT « Force est restée à la loi » et je dois reconnaître qu’une balle en pleine tête « force le respect » !

Tous les samedis, depuis 21 semaines, nos admirables « forces de l’ordre » habillées en Robocops forcent, elles aussi, le respect à coup de matraques, de canon à eau, de flash bal, de grenade lacrymogène et de bombes de dispersion contre des « émeutiers » que sont ses vilains petits canards aux gilets jaunes !

Braves gens n’y voyez aucune corrélation avec ce qui se passe un peu partout dans le monde, ici tout va bien, au point de faire la leçon aux autres nations !

Vous pouvez dormir sur vos deux oreilles « braves gens », la « loi » veille sur vous !

Le feu couve toujours sous les cendres chaudes !

[1] Noir, pour les distributeurs de billets, les commerces du luxe et tous ceux qui sont en première ligne sur ordre, pour « forcer » le respect républicain !

Raymond MAGDELAINE