Les nouveaux Adam et Ève ?

Dès les premières images du film « Marie Madeleine », on entend la voix de Myriam (Marie Madeleine) dire « Il sera comment le royaume ?  » «  Une graine de sénevé qu’une femme ramasse et plante dans son jardin, elle grandit, elle grandit… et dans ses branches, des oiseaux viennent y faire leur nid ! » cette citation y est encore dite deux fois, je crois, elle est la clé permettant de décrire le royaume (que nous nous construisons) annoncé par Yeshoua à ses disciples, mais l’ont-ils tous bien interprétée ou bien comprise ?

Les péripéties du monde d’aujourd’hui me font dire que non, les disciples de l’époque, les prêtres de la nôtre ne l’ont pas encore comprise, ou n’ont pas voulu l’entendre !

Bien sûr, cette phrase évoquant le royaume qui était déjà là, il y a plus de deux mille ans, utilise la parabole, non pas pour la rendre obscure, mais pour nous inviter à la déchiffrer !

Ci-dessous, voici mon décodage :

  • C’est une graine de sénevé : entendre c’est avoir une « foi » pas plus grosse que l’une des plus petites graines existant dans la nature, le sénevé est une moutarde sauvage !
  • Qu’une femme ramasse et plante dans son jardin : là règne, sûrement, la plus grande confusion chez les hommes qui pensent à leur sperme qu’ils plantent dans l’ovule d’une femme… sans se rendre bien compte de la conséquence de cet acte (1)Errare humanum est, perseverare diabolicum!

Comprendre plutôt ceci nous devons : ici c’est la femme qui accueille volontairement cette foi en elle, dans l’unique temple (son jardin) qu’est son corps, car c’est elle qui a la charge et le devoir de la transmettre à l’époux, pour que cette foi puisse se perpétuer au travers de la procréation à la Nouvelle Humanité.

Nous avons, nous les hommes, oublié depuis trop longtemps que la femme est l’intercesseur, le canal, entre le ciel et la terre, c’est en cela, et bien d’autres choses qu’elle est complémentaire de l’homme, et qu’elle offre à l’homme (à l’époux, au partenaire) ce qui lui manque le plus, l’esprit sain (2) !

  • Elle grandit, elle grandit… : et de génération en génération le royaume grandit avec elle. Cette foi (graine) toute minuscule au départ, va croître dans le cœur des hommes (l’espèce) et finir par leur ouvrir la porte du royaume.
  • Et dans ses branches des oiseaux viennent y faire leur nid : de nombreuses demeures (3) vont se construire dans ce Nouveau Monde (le paradis ?) que certains d’entre nous sont, à ce jour en train de mettre en œuvre… ou pas !

Il y a plus de deux mille ans, en Judée et en Galilée, sont nés un nouvel Adam (Yeshoua) et une nouvelle Ève (Myriam), à la différence du premiers Adam et Ève, ils ne sont pas revenus, pour peupler la terre, ceci étant fait et largement fait, non, ils sont revenus pour y faire croître le royaume (le paradis), avec la collaboration de la nouvelle humanité issue de ces nouveaux Adam et Ève !

Les nouveaux Adam et Ève ?

Si tu as des yeux et des oreilles qui voient et entendent, tu te rends bien compte que depuis plus de deux mille ans le royaume est en chantier ici-bas et qu’il contraint pas à pas et pacifiquement l’enfer à laisser sa place à un monde plus équilibré et harmonieux, donc pacifié, où le partage et l’équité seront les nouvelles valeurs fondamentales.

Et si ma vision de ce royaume annoncé est erronée, comme certains d’entre vous pourraient le croire encore, je vous plains du fond du cœur, car entre l’enfer actuel et le paradis en devenir, mon choix est fait et j’œuvre et œuvrerais jusqu’au bout pour ce « royaume » où mes enfants, petits-enfants, arrière-petits-enfants… pourront s’y épanouir, y seront les rois du royaume qu’ils se construiront.


(1) Ici je n’évoque pas le risque d’avoir un enfant non désiré, mais de la responsabilité au travers de cet acte d’amour de transmettre, ou pas la « foi » qui est la graine en gestation du royaume.


(2) Ou Esprit pur, c’est l’esprit qui n’est pas pollué, par le mensonge, les peurs, les aprioris, les formatages de toutes sortes, l’oubli de notre véritable identité…

(3) Il y a de nombreuses demeures au royaume de mon Père, disait Yeshoua.

Raymond MAGDELAINE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *