Combien de vies ?

Oui, combien de vies, combien d’incarnations te faudra-t-il encore expérimenter ici-bas pour que tu comprennes enfin le b.a.-ba de la vie, ses premiers balbutiements ?

  • Tous les ans tu prends de nouvelles résolutions que tu ne tiens jamais !
  • Tous les ans tu charges Carmentran de tout ce qui est de ta responsabilité ici-bas, puis tu le brules pour, crois-tu, t’alléger de tes erreurs sans jamais en tirer les conséquences.
  • Tous les ans, tu critiques les autres sur ce qu’ils ont fait, auraient pu faire, on mal fait, ou non pas fait du tout, pendant que toi tu continues, sans état d’âme, à te tourner les pouces ou à reproduire tes erreurs !
  • Tous les ans, tu recommences à te lamenter de tout et même parfois de rien, sans chercher, à aucun moment à te remettre en question !
Nôtre mur des lamentations à nous !

Pourtant mon frère, ma sœur, tu as, je le sais, de bonnes intentions, car tu ne cesses sur ta page Facebook d’afficher les belles citations, comme celles de L’Abbé Pierre, de Mère Thereza, celles aussi du Dalaï-Lama et tant d’autres personnages tout aussi prestigieux… tu es attiré par ces belles âmes, c’est bien… mais sache qu’elles n’ont pas fait que les écrire ou les reproduire, elles les ont mis en pratique dans leur vie.

Ce que je grave au fer rouge ci-dessous devraient t’inciter à méditer :

  • Pour espérer un jour recevoir, il nous faut commencer à donner !
  • Pour espérer un jour être pardonné, il nous faut pardonner à ceux qui nous ont offensés !
  • Pour espérer un jour pouvoir réussir à réaliser quelque chose, il nous faut mettre l’ouvrage sur le métier, autant de fois que nécessaire.
  • Pour espérer un jour pouvoir récolter quelque chose, il faut commencer par semer une graine et la maintenir dans des conditions optimales de croissance.
  • Pour espérer un jour être aimé de l’autre, il nous faut nous l’accepter tel qu’il est et nous accepter tel que nous sommes.
  • Pour espérer un jour voir l’humanité se transformer, il nous faut d’abord commencer par nous transformer
  • Pour…

Holà, holà Raymond ! Tout ceci est épuisant !

Oui, mais c’est cela VIVRE !

Ah, mais moi je ne peux pas le faire, je prie, je supplie, je me lamente tous les jours sur un mur qui porte le même nom pour que tout me tombe dans le bec que je laisse grand ouvert au cas où « Dieu » m’entendrait !

C’est parfait mon frère !

Préviens-nous sur cette page quand tout arrivera tout cuit dans ton bec, pour qu’on évite de s’épuiser inutilement… ce serait bête, si ta méthode est vraiment infaillible !

Pendant que tu croasses, je vais continuer à semer mes graines, qui un jour, je te le souhaite finiront, non pas à tomber dans ton bec, mais par germer dans ton cœur.

Raymond MAGDELAINE

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *