Le Saint-Sépulcre

À Jérusalem, dans l’église du Saint-Sépulcre, il y eu récemment (en 2017) des travaux de restauration pour consolider et protéger la tombe où fût déposé le corps de Jésus juste après sa crucifixion.

Tombeau malmené par les temps et la ferveur des pèlerins venus du monde entier lui rendre grâce.

Lieu sacré que cette église du Saint Sépulcre où l’on peut se recueillir à la fois sur le Golgotha et sur cette pierre du tombeau ou fut déposé son corps après sa longue agonie sur la croix.

Les pèlerins ressentent tous, sans exception, une charge émotionnelle due en grande partie à celui qui vécut ici l’énigme de la Passion, mais aussi, et depuis ce jour-là à la ferveur qui ne fléchit pas, au contraire, de tous ceux qui viennent s’y recueillir.

Cette église est chargée de toutes les énergies accumulées au fil du temps dans le lieu et dans la pierre (1) par la foi des pèlerins, énergies ressenties par les uns, contestée par ceux qui ne croient que ce qu’ils peuvent voir et ou toucher.

Les ouvriers, maîtres ouvriers, et les ingénieurs chargés de la rénovation ont pu de leurs propres yeux constater un phénomène étrange au niveau du Saint sépulcre, où les instruments électroniques très sophistiqués leur permettant de sonder la roche pour les aider à ne pas détériorer ce lieu sacré du christianisme, sont tombés brusquement en en panne (2) pour une raison que les dépanneurs n’ont pas encore découverte.

La seule explication (hypothèse) la plus logique à leurs yeux, mais qui ne put être démontrée, c’est que ce sont les énergies des « formes-pensées » (3) de la passion et de la ferveur des pèlerins, cumulées au fil des temps, qui pourraient avoir été à la base de la panne de ces instruments qui utilisent la résonance électromagnétique pour sonder la pierre.

Peut-être fus-ce ce jour là, le dernier miracle de la passion, miracle pour tenter d’ouvrir les yeux de ceux qui ne veulent rien voir et rien croire s’ils ne voient pas ou ne touche pas ?

(1) Même si les minéraux sont considérés comme des matières inorganiques, cela n’exclut aucunement une vibration interne différente qui permet de les différencier. La pierre est capable de mémoriser les informations de son environnement ! Étonnant non ?

(2) Action divine ou simple pépin technique ? Lors de l’exploration par résonance électromagnétique du tombeau du Christ, à Jérusalem, l’été dernier, les instruments de mesure, pourtant ultra sophistiqué, sont mystérieusement tombés en panne. La tombe a depuis été ouverte, le 26 octobre 2016, mais l’ » incident » demeure toujours inexpliqué.

(3) Les anciens reconnaissaient l’idée que chaque être humain génère inconsciemment des énergies psychiques. Les écoles ésotériques du XIXe siècle donnèrent le nom de « formes-pensées » à ces énergies produites par la psyché.

Raymond MAGDELAINE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *