Un fil conducteur !

Lorsque j’ai demandé à mes guides, par l’intermédiaire de Matthieu Gordien, qui était Marie Madeleine, ce qu’elle venait m’apporter au travers de mes ressentis, de mes intuitions, ils m’ont répondu c’est un « guide ! »

Il est vrai qu’à chaque fois que je ressens une émotion incoercible à l’évocation de son nom, d’une lecture, d’un film ou d’un documentaire qui en parle… à chaque fois se pose une question nouvelle sur son rapport avec celui qu’elle a aimé, rapport dont je ne doute plus !

Une synchronicité en rapport avec la question que je me pose survient et j’obtiens une autre réponse, qui fait surgir à son tour une autre interrogation… pourquoi ?

Je ne saurais pas bien vous l’expliquer, ce que je ressens, à chaque fois que l’on parle d’elle dans les évangiles canoniques, c’est que ce l’on nous rapporte d’elle sonne faux !

jpg_papyrus_copteCe ne sont pas les preuves comme ce fragment de manuscrit en copte, qui confirme mes impressions, mais plutôt l’empressement de l’église à les réfuter ou à nier leur authenticité, qui me font dire que peut être ce document et d’autres, ont mis le doigt où cela fait mal à ses dogmes !

C’est un peu léger me direz-vous, je vous l’accorde volontiers, mais le doute en moi se faisant de plus en plus pressant, je finis par l’écouter, car il a toujours, c’est sa fonction, remis en cause toutes mes certitudes, celles que je me suis forgées, et celles que l’on m’a inculquées.

Le doute, pour moi est devenue la petite voix intérieure, que j’écoute de plus en plus et qui à chaque fois m’apporte de plus en plus de synchronicités, comme celles reçues hier, il est pour moi un fil conducteur, et ce fil conducteur c’est Sainte Marie Madeleine, ne me dites pas à moi qui m’appelle MAGDELAINE que ceci est entièrement dû au hasard, je vous rirais, gentiment, au nez !

fil-conducteurCe matin, après une nuit porteuse de conseils, mon âme ayant effectué comme toutes les nuits une incursion dans son monde, j’attends avec patience qu’elle me délivre quelques clés pour me mettre sur la voie, cette quête à une raison d’être que je ne perçois pas encore clairement, mais qui commence à prendre forme progressivement.

Où me mènera-t-elle, je n’en sais fichtre rien pour l’instant, mais ce dont je suis sûr, c’est qu’elle me mènera quelque part !

Dès que j’aurai une nouvelle certitude (où habitera toujours ce sacré doute), je vous en ferais profiter, bandes de petits et de petites veinardes que vous êtes !

Raymond MAGDELAINE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *